Qui était Danton Cazelles?

Notre groupe scolaire porte le nom d’un homme qui fut enseignant. Voici son histoire.

Danton Cazelles, né le 8 octobre 1867 à Cournonterral (Hérault) et mort le 11 juin 1961 à Toulouse est un écrivain occitan.

Danton CAZELLES.JPG

Il va, par ses écrits, participer activement à la réhabilitation de la langue d’oc et de l’histoire méridionale . Son œuvre littéraire est composée de contes, poèmes et chansons en occitan.

Il grandit à Léguevin (Haute-Garonne) où son père, technicien de la viticulture avait été amené à s’installer lors de la crise due au phylloxéra dans sa région d’origine. Il se passionne très jeune pour la langue populaire parlée dans les villages par les paysans, prend goût à comparer les patois montpelliérains et toulousains et étudie la littérature occitane.

À la sortie de l’École Normale, il est nommé instituteur à Léguevin puis à Castanet-Tolosan (1887) avant d’être définitivement titularisé dans cette dernière commune en 1909. Il s’y marie le 23 mai 1901 avec Jeanne Marie Richard, née en 1880.

À l’école publique qui a notamment pour mission de bannir les patois ancestraux, il trouve tout de même l’espace pour développer une pédagogie adaptée et de bon sens qui sera apprécié de tous. Ayant constaté que les enfants exprimaient leurs plus vives émotions en patois, il considéra qu’il convenait non pas de punir l’emploi de ces expressions venues du plus profond d’eux-mêmes mais de les utiliser comme support d’un bilinguisme épanoui. Sans s’engager outre mesure dans les revendications demandant l’enseignement de la langue d’oc dans les écoles primaires , il sut de manière pratique exercer un enseignement ouvert et efficace qui lui valut l’affection de ses anciens élèves comme en témoignent les nombreuses lettres conservées dans sa correspondance.

En 1938 il fait don à la commune de 3 titres de rente pour permettre de décerner un prix d’encouragement aux deux meilleurs lauréats au certificat d’études primaires des écoles publiques de Castanet consistant en la remise d’un livret de caisse d’épargne abondé de plusieurs centaines de francs.

Participant activement à la vie municipale, il va œuvrer dans son village pour l’encouragement et le développement des traditions locales en organisant de nombreuses fêtes ou manifestations mémorables autour des années 1900 comme la Grande Cavalcade en 1904:

En ces occasions et bien d’autres, ses dons pour le dessin et la peinture lui permirent de réaliser des affiches, vignettes, menus, programmes, cartes postales ou décorations comme en particulier l’intérieur de la salle de l’ancien Grand Café du Commerce au centre de Castanet.

Dans les périodes plus difficiles et notamment au cours des deux guerres mondiales, il exerce des fonctions municipales et soutient activement les soldats ou prisonniers et leurs familles.

Érudit et passionné d’histoire, il effectue de nombreuses recherches sur le passé du Languedoc et les traditions populaires. Il fera admettre par les autorités publiques que le terme « Tolosan » soit associé à celui de Castanet et un décret de 1922 lui donnera satisfaction. Aujourd’hui, la commune porte le nom de Castanet-Tolosan et son groupe scolaire primaire celui de Danton Cazelles.

Toujours actif et après avoir pris sa retraite de l’enseignement, il devient représentant pour les Éditions Delagrave à Paris, ce qui lui vaut de parcourir tout le sud-ouest et de fixer par le dessin ou la peinture ses souvenirs de beaucoup de lieux visités.

Il termine sa vie auprès de ses neveux à Toulouse dans le quartier des Ponts-Jumeaux, une retraite consacrée aux activités artistiques et recherches historiques jusqu’à l’âge de 94 ans.