Dictée ELA

« S’ouvrir aux autres, sourire à l’autre », tel est le titre du projet de l’école des 3 chênes de la Salvetat-Saint-Gilles. La tolérance et la bienveillance ne vont pas toujours de soi, elles s’enseignent, s’apprennent, se pratiquent. La présence des élèves d’ULIS (Unité Localisée pour Inclusion Scolaire) nous permet d’évaluer en direct l’intégration de la différence.

Cette année, notre fil d’Ariane sera l’association ELA. 130 élèves se sont impliqués pour la dictée de l’association. Certes, il ne s’agit pas que d’un concours d’orthographe mais d’une belle occasion de se montrer solidaires et de s’interroger sur ces maladies aux noms aussi étranges que terrifiants : les leucodystrophies. Marie-José Ségura, auteure de littérature jeunesse, est venue spécialement prêter sa voix au texte d’Alice Zeniter.

Mais nous avons aussi eu la volonté de dédier cette dictée à toutes les AVS qui soutiennent, aident, guident, conseillent, calment, rassurent (la liste des verbes ne sera jamais exhaustive) les enfants en situation de handicap dont elles ont la charge. Sans leur présence, c’est l’absence même du handicap dans les établissements scolaires qui serait à déplorer.

Toutes ces femmes (comme si femmes et précarité allaient de paire) adoucissent les symptômes des maladies qui entravent la vie des enfants et de leur entourage. Telle Pénélope, elles tissent des liens mais le matin, tout est à réinventer. Sans elles, les enfants différents n’auraient plus l’occasion d’évoluer dans un monde « normé ».

Pourtant, ces femmes indispensables n’ont pas de statut. Tel Jack-O-Lantern, elles errent dans les méandres d’une administration qui sait les utiliser mais oublie de les considérer. Sans formation, sans salaire digne, sans emploi à taux plein, elles font avec ce qu’elles ont : du bon sens, du cœur et de l’abnégation.

 

Ce contenu a été publié dans L'école. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*