Printemps des poètes / Je n’ai peur de rien d’autre que…

 

Affiche de Enki Bilal

À l’occasion du Printemps des poètes, nous écoutons, disons, écrivons de la poésie.

Voici quelques productions d'élèves d’après une idée d’Yves Béal, écrivain, animateur d’ateliers d’écriture Collectif d’artistes Un euro ne fait pas le printemps. 

Je n'ai peur de rien d'autre que...

Je n’ai peur de rien d’autre que du temps qui court toujours et qui ne s’arrête guère.

Je n’ai peur de rien d’autre que de la mer qui m’attire dans ses profondeurs.

Je n’ai peur de rien d’autre que des araignées meurtrières qui hantent mes pensées.

Je n’ai peur de rien d’autre que de tout.

Je n’ai peur de rien d’autre que de la mort qui hante nos nuits et qui nous endort à jamais.

Je n’ai peur de rien d’autre que de la guerre sanguinaire et meurtrière qui arrache la vie de nombreux innocents pris au piège entre ses griffes.

Je n’ai peur de rien d’autre que des énormes araignées qui apparaissent, chez ma grand-mère, sans nul besoin.

Je n’ai peur de rien d’autre que de la mort.

Je n’ai peur de rien d’autre que de la peur elle-même.

Je n’ai peur de rien d’autre que de l’amour faux.

Je n’ai peur de rien d’autre que de la nuit, mortelle, cruelle qui se glisse sous mon lit et fait du bruit.

Je n’ai peur de rien d’autre que quand ce sera fini.

Je n’ai peur de rien d’autre que du regard vague des gens dans la rue, méprisant, dans l’obscurité et le silence.

Je n’ai peur de rien d’autre que de la nuit noire et sombre.

Je n’ai peur de rien d’autre que de la beauté sublime des enjoliveurs des belles et élégantes voitures.

Laisser un commentaire