Poésie / production d’écrit : J’attends… 3 à la manière d’Hubert Mingarelli

J’attends…  de Leïla

J’attends la télé dit Elena.

J’attends une fille disent les animaux 

Moi aussi dit la nature.

J’attends le système solaire dit mon cœur. 

Nous aussi disent les astronautes.

J’attends demain dit le parc.

Moi aussi dit Leïla.

J’attends la lune dit le soleil. 

Nous aussi disent les étoiles.


J’attends...  la nuit de Raphaël

J’attends un arbre dit la pousse.

J’attends la branche dit la feuille.

J’attends un tourbillon de poissons dit le dauphin.

Moi aussi, dit l’espadon.

J’attends une forêt dit le renard.

J’attends le soir dit l’hirondelle.

J’attends un caïman dit l’anaconda.

J’attends la nuit dit le loup.

J’attends un arbre dit la girafe.

J’attends le printemps dit le lièvre.

Chanson : Les sabots d’Hélène de Georges Brassens interprétée par les ogres de Barback, une chanson proposée par Adam

Et si tu veux chanter, voici les paroles…

Les sabots d’Hélène

Les sabots d’Hélène
Etaient tout crottés
Les trois capitaines l’auraient appelée vilaine
Et la pauvre Hélène
Etait comme une âme en peine
Ne cherche plus longtemps la fontaine
Toi qui as besoin d’eau
Ne cherche plus, aux larmes d’Hélène
Va-t’en remplir ton seau

Moi j’ai pris la peine
De les déchausser
Les sabots d’Hélèn’ moi qui ne suis pas capitaine
Et j’ai vu ma peine
Bien récompensée.
Dans les sabots de la pauvre Hélène
Dans ses sabots crottés
Moi j’ai trouve les pieds d’une reine
Et je les ai gardés.

Son jupon de laine
Etait tout mité
Les trois capitaines l’auraient appelée vilaine
Et la pauvre Hélène
Etait comme une âme en peine
Ne cherche plus longtemps la fontaine
Toi qui as besoin d’eau
Ne cherche plus, aux larmes d’Hélène
Va-t’en remplir ton seau

Moi j’ai pris la peine
De le retrousser
Le jupon d’Hélèn’ moi qui ne suis pas capitaine
Et j’ai vu ma peine
Bien récompensée.
Sous les jupons de la pauvre Hélène
Sous son jupon mité
Moi j’ai trouve des jambes de reine
Et je les ai gardés.

Et le coeur d’Hélène
Savait pas chanter
Les trois capitaines l’auraient appelée vilaine
Et la pauvre Hélène
Etait comme une âme en peine
Ne cherche plus longtemps la fontaine
Toi qui as besoin d’eau
Ne cherche plus, aux larmes d’Hélène
Va-t’en remplir ton seau

Moi j’ai pris la peine
De m’y arreter
Dans le coeur d’Hélèn’ moi qui ne suis pas capitaine
Et j’ai vu ma peine
Bien récompensée.
Dans le coeur de la pauvre Hélène
Qu’avait jamais chanté
Moi j’ai trouve l’amour d’une reine
Et je l’ai gardé.