Aide aux Parents : inventer une phrase

L’élève écrit lui-même un ou plusieurs mots, une ou plusieurs phrases. Au début du CP, il doit être capable de proposer une écriture alphabétique, phonétiquement plausible pour un mot simple pour aller vers une écriture possible et phonétiquement correcte (respect du principe alphabétique et des correspondances oral/écrit) pour un mot simple.

Comment procéder ?

1. Préciser la consigne : « tu vas essayer d’écrire comme tu penses que c’est bien ». Inviter l’élève à utiliser les outils du français qu’il possède : abécédaire, recueil de textes, fiches sons, textes déjà écrits, l’inciter à emprunter des éléments au répertoire de mots connus.

2. Laisser l’élève écrire sans l’interrompre. Il peut expliquer comment il s’y prend, ce qu’il cherche à écrire. Il doit mobiliser ses connaissances du code, segmenter la phrase en mots, le mot en syllabes, la syllabe en phonème. Il est parfois possible d’écrire un ou plusieurs mots difficiles à la demande de l’élève pour le soulager.

3. Lui faire lire son texte à haute voix. (Il se peut que ce qu’il lit soit très loin de ce qu’il a écrit.)

4. Lire son texte tel qu’il a été écrit. Ainsi vous validez – ou non – les hypothèses d’écriture de l’élève et c’est très important pour lui.

5. Demander à l’élève de repérer ce qui peut poser problème (oubli de mots, cohérence interne, déroulement chronologique, tournure des phrases) ou l’aider à en prendre conscience.

6. Reprendre phrase par phrase, mot par mot. Si le mot écrit est illisible (phonétiquement incorrect), proposer à l’élève de découper le mot en syllabes et de chercher pour chaque syllabe énoncée les sons qu’il faudra écrire et chercher la ou les graphies correspondant à ce phonème (correspondance grapho-phonétique). S’il s’agit de phonèmes déjà vus, inciter l’élève à chercher la fiche de son correspondante ou le texte dans lequel il peut trouver un mot avec une graphie proche. S’il cherche un phonème dont il ne connait pas la graphie (pas encore rencontrée), l’écrire à sa place. Il ne faut pas dévaloriser le travail de l’élève. Si les mots écrits sont phonétiquement corrects (exemple : pour écrire « tante », l’élève écrit « tente »), il faut expliquer à l’élève que la graphie qu’il a choisie n’est pas correcte pour ce mot-là dans ce sens-là, mais que l’on comprend ce qu’il a voulu écrire et c’est très important surtout dans les premières séances d’écriture). Il faut donc être indulgent avec les premiers écrits de l’élève et ne pas vouloir tout lui faire corriger. Vous pouvez réécrire les mots correctement dessous ou à côté du mot erroné sans pour autant barrer ce mot.

7. Lorsque le texte est corrigé, l’élève peut le recopier selon la consigne demandée sur le support concerné