Nouvelle Présentation, nouvelle ergonomie

Le blog de notre école vient de prendre une nouvelle présentation et une nouvelle ergonomie : vous pourrez continuer à accéder aux articles publiés en passant par les catégories ou les archives, ou passer par le menu en haut ou bas de page « Articles plus anciens » / « Articles plus récents ».

Merci aux visiteurs de plus en plus nombreux (une centaine de visites par jour avec des « pics » bien plus importants), n’hésitez pas à laisser des commentaires !

 

L’espace c’est classe

Nous avons reçu en classe lundi 9 avril, dans le cadre de l’opération « L’Espace c’est classe » menée par le C.N.E.S. auprès des écoles, Christelle Iliopoulos, Ingénieure en télécommunications et radiofréquences au CNES, qui a fait une intervention sur les lanceurs et les satellites.
Quelques notes prises …

 

L’espace commence à 100 km.
L’atmosphère est une couche de gaz qui nous protège des rayonnements dangereux et des météorites qui vont se désagréger.
Notre système solaire comprend 8 planètes : Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune. Pluton n’est plus considérée comme une planète.
Ce sont des soleils qui brillent dans le ciel, pas les planètes.

 

Pourquoi les satellites tournent autour de la Terre ?

 

Les objets sont attirés par la force de gravitation.
Si on arrive à envoyer avec assez de vitesse, le satellite va avoir assez d’énergie pour rester à distance de la terre et tourner autour, sur son orbite. C’est la fusée qui va donner la bonne vitesse au satellite.
Il y environ 750 satellites qui gravitent autour de la Terre, certains en orbite basse, en moyenne orbite ou à 36000 km (satellites géostationnaires).
Si on gonfle un ballon et qu’on la lâche, l’air dans le ballon est projeté vers le bas et le ballon va vers le haut (puis dans tous les sens). Pour une fusée, les gaz produits par la combustion sont projetés vers le bas et la fusée vers le haut.
La fusée lanceuse Ariane peut lancer 10 tonnes de satellites, Soyouz, 3 t et Véga 1,5 t.
Les fusées européennes sont fabriquées en Europe. Elles sont transportées en bateau vers la Guyane.
 

 

Pourquoi la Guyane ?
 

 

Si on rate le départ, la fusée tombera dans l’océan proche. Si on lance de là, c’est surtout parce qu’on est prêt de l’équateur car à cet endroit, la vitesse de rotation de la Terre sur elle-même est plus importante et donc la fusée sera lancée plus facilement, on consommera moins de carburant.
On remplit les réservoirs quand la fusée est sur le pas de tir.
1 Décollage
2 2 min Largage des réservoirs de poudre (qui tombent dans l’océan et peuvent être récupérés
3 3 min, on largue la coiffe
4 9 min, largage du 1er moteur
5 10 min, allumage du 2ème moteur
6 26 min extinction du 2ème moteur
7 largage des satellites

 

Pourquoi aller dans l’espace ?

 

– Observer la Terre, l’Univers.
Pour étudier les autres planètes et les étoiles
Exomars explore Mars
Bepi-Colombo Mercure
Picard le Soleil
Corot exoplanètes
– Communiquer.
Télécommunication
Téléphonie
Télévision
Ce sont des ondes qui vont contenir un message et le propager.
Christelle travaille sur le système Cospas Sarsat, système d’alerte et de secours.
La balise envoie un signal qui va être reçu par les satellites équipés d’une charge utile SARSAT ; ces satellites vont retransmettre ce signal aux stations de réception. Ce sont les centres de calcul qui calculent la position de la balise, grâce aux multiples signaux reçus (car la balise émet le même signal plusieurs fois d’affilée). La position calculée est ensuite transmise aux centres de secours.
– Etudier la Terre, le climat, l’environnement.
Le satellite prend des photos en défilant au-dessus des paysages, prendre des photos 3D.
Il prend aussi d’autres mesures : vents, température atmosphérique, l’humidité atmosphérique, les précipitations, etc.
Spot 4 en 1998 avait une résolution de 10 m. En 2002, la résolution était de 2,5 m. En 2011, la résolution était de 70 cm.
– Cartographie
– Organiser les secours en cas de catastrophes naturelles.
– Suivre la végétation, la déforestation.
– Observer les océans, mesurer leur salinité, étudier les courants marins, etc. (Jason)
– Prévoir les tremblements de terre en mesurant les champs magnétiques terrestres.

 

Qu’est-ce qu’un satellite ?

 

Il a une charge utile (comme un camion) : c’est pourquoi on l’a construit (appareils photo, capteurs, etc.)
Il a des antennes pour communiquer.
Il a une structure et des protections, un système pour le guider (GPS américain, environ 30 satellites tournent autour de la Terre, quand on en reçoit 4, on peut être localisé ; Galiléo européen).
Il faut aussi de l’énergie électrique (panneaux solaires) et un réservoir pour la propulsion.
Le satellite a un petit moteur pour faire des ajustements d’orbite.
Comment on fait le plein une fois dans l’espace ? On ne peut pas. On ne peut utiliser que le plein du réservoir fait sur Terre.
On ne pas non plus le réparer dans l’espace.
Qui le conduit : depuis la Terre, au CNES par exemple.
Les satellites ont des formes et des tailles différentes : micro, mini, moyen (jusqu’à 1000 kg), gros, énormes (10 T)
Le plus grand satellite artificiel au monde mesure 100m, pèse 400t, c’est la Station Spatiale Internationale. Elle a été construite progressivement.
Le premier satellite, Spoutnik, 1957.
Comment se conçoit un satellite ?
Mission ? Lanceur, plate-forme + charge utile, stations au sol pour communiquer, centre de contrôle avec les équipes opérationnelles qui suivent le satellite depuis la Terre.
Les contraintes :
– Résister à l’environnement spatial et au lancement.
– Pas trop gros ni trop lourd.
– Avoir du matériel fiable (on ne pourra pas aller réparer).

 

www.cnes-jeunes.fr

 

Merci à Christelle pour son intervention, très adaptée, qui a passionné l’ensemble de la classe.

 

Les CM1

Carnaval

Après la belle après-midi déguisée (et gourmande) passée à l’école jeudi, nos reporters ont suivi le carnaval organisé sur la commune par l’Association Festi’Cépet pour savoir comment allait être jugé Norbert Castagne, notre personnage de fer, grillage et papier mâché, qui a rejoint les personnages fabriqués par l’ALAE, l’ALSH et Festi’Cépet …

Norbert a visiblement été mêlé à un vaste complot à visée planétaire (une histoire bien compliquée avec des Minions mignons, un Minion traître masqué, un certain Dru, un super-criminel El macho, un sérum nocif …) et a donc été condamné, comme le veut cette ancienne tradition remontant au XVIème siècle, à être brûlé avec ses complices.

Comme on dit en occitan : « Adiu paure carnaval. Tu t’en vas a leu demon. Pu manjas as la sopa l’al. »

 

 

Merci aux nombreux visiteurs qui partagent avec nous la vie de notre école, n’hésitez pas à nous laisser vos commentaires …
Bonnes vacances de printemps !

 

 

 

 

Carnaval

Avant le carnaval organisé par l’Association Festi’Cépet qui se tiendra demain dans la commune, nous avons fêté carnaval hier à l’école.
Les élèves de maternelle ont défilé, accompagnés des « grands » CM2 qui se sont bien occupés d’eux, devant leurs camarades plus âgés et tous les enfants ont dansé dans la cour sur les airs occitans de « Carnaval es arribat » et « Joan petit que dança » avant de partager les bons gâteaux et autres gourmandises préparés par les familles.
Une joyeuse fête partagée !
Merci aux parents pour les gourmandises apportées et merci à ceux venus pour aider à l’organisation de l’après-midi.

Il y a quelques temps nous avions publié une drôle de photo, voici Norbert, sculpture réalisée à l’école pour le carnaval.

Les phasmes ont pondu des oeufs!

Les moyens grands ont découvert ce matin des œufs de phasmes.

Ils sont si petits qu’on les confond avec des crottes!

La maîtresse nous a même avoué qu’elle en avait sûrement jeté sans le savoir quand elle nettoyait leur terrarium.

Nous avons appris que les phasmes pondent à peu près 5 à 6 œufs par jour donc on la pardonne!

Les bébés phasmes naîtrons dans 2 mois si tout va bien…