Abécédaire animal …

 

 

 

Le renard était encore petit, c’était un renardeau, il aimait nager sur le dos.
Il obéissait à sa mère, renardocile.
Son père était tennisman, alors il devint renaraquette.

 

 

 

 

 

 

 

 

La souris voulait voyager : elle voulait aller d’abord en Russie, en Serbie, en Roumanie, en Suisse, …
La souris devait demander un passeport et faire une photo, donc ne pas sourire.
Pourtant, c’était plus fort qu’elle, la sourigolote !
Du coup, elle est restée à la maison avec ses amis.

 

 

 

 

 

 

 

 

La taupe-model partit de Toulouse, passa par la Turquie, fit une escale à Tahiti, puis arriva à Tbilissi. Elle eut très froid, elle prit une taupelote de laine …

 

 

 

 

 

 

 

L’urubuvette travaille dans un bar, il est capable d’unir les gens, le soir il fait des rébus.

 

 

 

 

 

 

Le vautournedisque va un vendredi à Venise en vélo pour participer à un vautournoi. Il va ensuite à Versailles. Là, il tombe amoureux. Et les deux vautourtereaux partent à Rio.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’était les wacances, le wapitipi quitta son tipi du côté du Mont Waddington un week-end pour aller voir son ami le ouistiti à Wallis et Futuna. Il voyagea vite le Wapitic-tac.

 

 

 

 

 

 

 

Ce poisson faisait beaucoup d’exercice !
Le xiphonétique vivait dans la rivière Xiang Jiang. Il faisait des courses avec ses amis : le xiphobie très peureux, le xiphoto très curieux, le xiphotocopie qui se répétait sans arrêt ou le xiphotoélectrique qui n’avait pas besoin de se recharger …

 

 

 

 

 

 

Un yack quitta l’Himalaya, il avait trop froid.
« Y’a qu’à descendre le yang-Tseu Kiang en kayak, se dit-il, traverser les océans, partir pour Yaoundé ou au pays des yankees … »
Il passa par le Japon, mit son yakimono, il affronta un yéti, fit quelques yards, monta sur un yacht.
Il en prit plein les yeux. Finalement il revint sur ses pas, mais rencontra la sorcière Babayaga, qui manque de pot, le transforma en yaki-mono … Le pauvre yack se retrouva dans un drôle d’état.

 

 

 

 

 

 

 

Il avait bien bu, le zébuvette.
« Maintenant, z’ai plus soif, ze vais aller au Zaïre voir un film de zombies. Mais avant ze vais dire au revoir aux zanimaux du zoo ».
Il voyagea longtemps, le zébulon, et un jour ce fut enfin le zébu de la fin.

 

 

 

Travail sur les mots-valises, les tautogrammes et le pop-up pour la confection du livre, merci à Dominique, Mélanie et Virginie pour leur aide …
CM1