Le chant des marais

Les camps camps nazis firent plusieurs millions de victimes, juives pour l’énorme majorité.

C’est dès 1933 qu’Adolf Hitler, nommé chancelier, obtient les pleins pouvoirs et met en œuvre la politique d’extermination nazie qui va frapper les opposants politiques, les intellectuels, les Tsiganes, les artistes, les noirs, les homosexuels, les juifs allemands, les enfants ou adultes handicapés … Tous ceux qui ne correspondent pas aux critères du programme de purification de la race allemande dicté par la tyrannie nazie.
Les premiers camps de travaux forcés vont ouvrir.

Le Chant des Marais a été créé par trois détenus du camp de Börgermoor. Il évoque les travaux forcés dans les marécages entourant le camp et l’espoir de retrouver la liberté.
Il se répandra en Allemagne, d’un camp à l’autre, puis en Pologne occupée et finira même par atteindre certains déportés du camp d’extermination d’Auschwitz.

En voici une version :

Le Chant des Marais

Loin vers l’infini s’étendent
De grands prés marécageux
Et là-bas nul oiseau ne chante
Sur les arbres secs et creux

Refrain
Ô terre de détresse
Où nous devons sans cesse
Piocher, piocher.

Dans ce camp morne et sauvage
Entouré de murs de fer
Il nous semble vivre en cage
Au milieu d’un grand désert.

Bruit de chaîne et bruit des armes
Sentinelles jours et nuits
Et du sang, des cris, des larmes
La mort pour celui qui fuit.

Mais un jour dans notre vie
Le printemps refleurira.
Liberté, liberté chérie
Je dirai : « Tu es à moi. »

Dernier refrain
Ô terre enfin libre
Où nous pourrons revivre,
Aimer, aimer.

 

Les élèves de la classe de CM1 la chanteront lors de la cérémonie commémorative du 8 mai 1945

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*