Écriture à plusieurs mains

Poèmes « ping-pong » écrits pendant le confinement : premier jet écrit à la maison, envoyé au maître ou à Dominique MONTALIEU, poète, retour, validation.

Merci Dominique pour tes retours !

 

 

 

 

 

Un vétérinaire extraordinaire

Le vétérinaire du village est occupé
Pleins d’oiseaux n’arrivent pas à s’envoler
Quels drôles de zozos ont pu les blesser ?

Le vétérinaire du village
Est allé à Disney
Il aime bien les dessins animés
Ses préférés
Bambi, Le Roi Lion, Rox et Rouky

Il aime son métier
Il aime soigner
Toujours passionné
Il n’arrête jamais de travailler
Avec cette passion, il est né

Vétérinaire et volontaire
Il soigne chiens, chats, oiseaux
Et toutes espèces d’animaux
Il sauve des vies
Même des souris
Pour les animaux c’est un héros

Mais aujourd’hui, repos
Le vétérinaire du village
Ne travaille pas aujourd’hui, il est à la plage

Mila, à 4 mains

 

 

 

 

 

Le maire

Il doit travailler tous les jours, le maire
Il voudrait bien aller à la mer,
Et appeler sa mère
Ou son père …
Mais il perd tout le temps son téléphone !

Mais où est donc son iPhone ?

D’ailleurs il perd aussi aux cartes
Quant à son père,
Il gagne tout le temps
C’est pas mieux quand il sort
Tout le temps il se perd

Et dix de der !

Le maire décide alors
De travailler les jours pairs
Et les jours impairs
Il va voir sa mère …
Ou son père

La belle affaire !

Léna, à 4 mains

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’explorateur

Je suis d’abord allé en Angleterre
Et j’ai vu des cerfs
Le jour de mon anniversaire !

Puis au Japon
Qu’il était beau c’est poisson
Un superbe thon !

Après en Australie
Voir les diables de Tasmanie
Ils courent partout, quelle manie !

Au Soudan
J’ai observé les éléphants
Dire qu’on les tuaient pour fabriquer des olifants !

Enfin je suis allé au Canada
Pour voir les bélugas
Salut les gars !

Loris, à 4 mains

 

 

 

 

 

 

La fleuriste

Quand on va chez la fleuriste,
Ce n’est pas pour être triste.
Elle offre des fleurs,
Peu importe l’heure.

Elle collectionne les fleurs et des prénoms :
« Rose », « Lilas », « Marguerite »,
« Violette », « Pâquerette »
Les orchidées sont ses préférées,
Les poches de son tablier sont des jacinthes parfumées.

Elle aime les œillets,
Pour mettre dans son classeur des commandes,
Elle veut en prendre,
Des œillets roses et rouges, parfumés.

Elle mélange kalanchoés et fleurs d’oranger,
Dans le même bouquet,
Quand Xuân Dieu* et Mai Lien** seront là,
Les tulipes et les hortensias fleuriront en éclat.

Maé

*prénom vietnamien de Maé, qui signifie : « Printemps gracieux »

** prénom vietnamien de la cousine de Maé, qui signifie : « Fleur d’oranger »

 

 

 

 

 

 

Le cuisinier

Il prépare des repas
Des gros ou des petit

Petits rats ?

Il s’empare des rats
Et les fait cuire en bouillie

P’tits rats de l’Opéra

Il demande au restau-rat-teur
D’aller servir des plats au beurre

Opéra … Opération ? Opé … ration !

Franchement, cuisiner c’est Le meilleur des métiers
Ration pour les végétariens :

T’as juste à couper
Carottes, choux, navets

Tarien ? Mais t’en avait !

Venez dans mon restaurant
Ici, on mange du pélican

Ave Caesar…

Il faut préparer la table 
remplir les verres d’eau terre

Lucas, à 4 mains

 

 

 

 

Le mettre des colles

Le mettre me dit
C’est Charlemagne qui a inventé les colles

À la barbe, à la barbe…

Je me suis dit
Faut pas être au collège

À la barbe des enfants…

D’ailleurs lui non plus il ne faut pas qu’il y soit
Sinon je vais avoir des heures de colle

Ah ! La barbe, ah ! La barbe…

Et parce que quand on est collé
Personne ne rigole
Ni à son nez, ni à sa barbe
Parce que Charlemagne est soupe au lait

Avec sa barbe … fleurie !

Liam, à 4 mains

 

 

 

L’éboueur

Être éboueur pendant des heures
De la première à la dernière
Un métier sale ?

Mais pas du tout !

Être travailleur c’est ça qui est bien
Tant que ça apporte beaucoup de joie
Pourvu que ce soit bien pour tous

Des sandwichs jambon-beurre à toutes les heures
De la première à la dernière
Un métier sale ?

Mais pas du tout !

Être travailleur ça fait grand bien
Tant que ça apporte aux autres et à soi
Et surtout ça sert bien à tous

Être éboueur de très bonne heure
Avoir l’art et la manière
De nous débarrasser du sale

Oui un point c’est tout !

Car comme le dit
Fort justement le proverbe :
« Il n’y a pas de sots métiers
Il n’y a que des sottes gens ».

Maëlys, à 4 mains

 

 

Drôle de rencontre …

 

 

 

 

En nous promenant dans la forêt
Nous avons rencontré un hérinardeau
Il était bien caché
Tout doucement, nous nous sommes approchés
Perrine a voulu le caresser
Mais il piquait

Analusia, Chloé, Loris, Perrine

 

 

 

 

 

 

 

En nous promenant dans la forêt
Nous avons rencontré un lousan
Qui mangeait des glands
Et Chloé s’est cachée
Avec les autres enfants

Analusia, Chloé, Loris, Perrine

 

 

 

 

 

 

En nous promenant dans la forêt
Nous avons rencontré un marcaours
Il se promenait sur la mousse
Il cherchait des pamplemousses
Mais tu n’en trouveras pas ici
Par contre tu trouveras du cassis
Si tu restes bien assis

Anaé, Gabin, Maxime, Thomas

 

 

 

 

 

 

 

En nous promenant dans la forêt
Nous avons rencontré un cerours
Nous l’avons caressé
Nous l’avons photographié
Il nous a regardés et a bramé

Matilde, Raphaël, Raphaël

 

 

 

 

 

 

 

 

En nous promenant dans la forêt
Nous avons rencontré une maracabiche
Nous nous sommes cachés
Derrière les arbres pour ne pas l’effrayer

Matilde, Gabin, Raphaël

 

 

Travail en GS-CP et CM1

 

 

 

 

 

 

Production écrite des CP

Même confinés, les CP continuent de travailler.

A partir du poème de Corinne Albaut, ils ont inventé d’autres vers… très drôles!!

La maîtresse sorcière

 La maîtresse est une sorcière.

Quand elle se met en colère,

voici comment ça se passe

dans la classe:

– Si tu n’es pas sage, Odile,

je te transforme en crocodile.

– Si tu n’es pas sage, Hubert,

je te transforme en vipère.

– Si tu n’es pas sage, Marianne,

je te transforme en banane.

– Si tu n’es pas sage, Arnaud,

Je te transforme en crapaud.

Corinne Albaut

Écriture à plusieurs mains

Poèmes « ping-pong » écrits pendant le confinement : premier jet écrit à la maison, envoyé au maître ou à Dominique MONTALIEU, poète, retour, validation.

Merci Dominique pour tes retours !

 

 

 

Le pêcheur

Est comme un poisson dans l’eau
Le pêcheur est tout en bonheur 
Quand il monte sur son bateau
C’est pas un raffiot, c’est pas un radeau

Et quand il pêche 
La truite s’agite
Au bout de la ligne
Elle a pris la mouche

Le merlu, le saumon ou la seiche
Rien ne lui résiste
Quant au requin
Il reste serein 

Un dernier coup de turbot 
Et on peut rentrer du boulot 

Et le pêcheur quand il pêche 
Il a toujours la pêche !
Les poissons n’ont qu’à bien se tenir
Et ramener leur fraise
Sinon
Il les accompagnera de citron

Louna, à 4 mains

 

 

 

 

L’ambulancier

Ma voiture est belle
Elle est blanche, elle brille
C’est une ambulance
Je la sens trembler
Frissonner
Quand je klaxonne

J’allume le gyrophare
J’appuie sur le champignon
Il m’est arrivé de louper un virage
Et de me retrouver dans un champ d’oignons
Je transporte des blessés
Je ne me pose pas plus de questions
C’est pas mes oignons

Il y a des vies à sauver
J’accélère comme un fou
Même s’il y a des trous
Je suis là pour aider
Je passe partout
Aider les gens mala-doux.

Lorenzo, à 4 mains

 

 

 

 

 

Mon coiffeur

Il m’accueille toujours bien
Il me met à l’aise
À chaque rendez-vous
J’ai droit à un gâteau aux fraises
Il le sait
C’est mon préféré

Quand je m’assois sur la chaise
Autour de mon cou, il met une fraise
Avec habileté et délicatesse
Il me coupe les cheveux à grande vitesse
Ensuite séchage, coiffage
Et avant de partir, toujours un bon adage

Tomàs, à 4 mains

 

 

 

Gardons le moral !

Le méchant virus (Les virus peuvent-ils être gentils ? Oui si on considère qu’ils ont toujours cohabité avec nous, ont permis à nos organismes d’évoluer ou qu’ils aident la médecine, notamment dans l’étude des maladies génétiques, mais celui qui nous embête en ce moment est un méchant) ne doit pas nous empêcher de garder le moral !

Voici une proposition de geste-barrière très efficace proposée par une de nos élèves, la reconnaissez-vous ?
Envoyez-nous vous photos …

 

 

 

 

Drôle de rencontre …

En nous promenant dans la forêt
Nous avons rencontré un faonard
Nous l’avons vu par hasard
Sur un chemin de la forêt
Il était bien bizarre
Il nous a regardés
Et s’en est allé

Adam, Mathieu, Nancy

 

 

 

 

En nous promenant dans la forêt
Nous avons rencontré un faisanblai
Derrière les arbres nous nous sommes cachés
Nous avons essayé de l’approcher
Pour le caresser
Mais il s’est envolé

Éthan, Louna, Léandro

 

 

 

 

 

 

 

En nous promenant dans la forêt
Nous avons rencontré un sanglinard
Csabi et Théo se sont précipités
Pour le voir et le caresser
Les deux filles se sont approchées
Pour lui donner à manger
Nous avons joué avec lui, il était excité !
Puis il s’en est allé
Après nous avoir câliné
Pour dire qu’il nous aimait

Csabi, Lorenzo, Maé, Margot, Théo

 

 

 

 

 

 

 

En nous promenant dans la forêt
Nous avons rencontré une bichourse
Elle nous a vus, a été effrayée
Et a fait la course

Jérémy, Jody, Léna

 

 

 

Travail en GS-CP et CM1

 

 

 

Écriture à plusieurs mains

Poèmes « ping-pong » écrits pendant le confinement : premier jet écrit à la maison, envoyé au maître ou à Dominique MONTALIEU, poète, retour, validation.

Merci Dominique pour tes retours !

 

 

 

 

Le Professeur

Le Professeur nous enseigne l’histoire, le calcul, le français
Nous les élèves on n’aime pas la rentrée
On préfère les récrés

Au travail ! Au travail !

Quand il écrit au tableau 
On trouve ça trop rigolo
Zéro + zéro égale la tête à Toto

Au travail ! Au travail !

Professeur tu bâtis notre avenir
Et nous on préfère rire
Vraiment tu n’aurais pas imaginé pire

Au travail ! Au travail !

Triangles, lecture, géographie, histoire
Il nous faut tout savoir
Et en plus des devoirs

Au travail ! Au travail !

Écoutez-moi les enfants
Bientôt fini le confinement !
On va retrouver l’école comme avant

Raphaël, à 4 mains

 

 

 

 

 

 

 

 

Vétérinaire

Quand on est vétérinaire
Il faut prendre de l’air !

C’est très compliqué de soigner
Des perroquets bien contrariés
Il faut savoir se maîtriser
Pour ne pas pleurer

On doit ausculter
Donner des cachets

Pour soigner les chevaux
Qui sont si beaux
Il faut de gros engins
Pour soulever leur popotin
Mais attention aux coups de sabots
Ça peut faire de gros bobos

Quant aux vers de terre
Qui ont pris un coup de lune
Vaut mieux rien leur faire
Si on veut faire fortune !

Car lune sans l’autre
Manquerait de poésie
Sans vers, les tiens les nôtres :

Paralysie !

Quel désastre
Pour cet astre !

Élise, à 4 mains

 

 

 

 

 

Professeur

J’ai un professeur
Il nous fait étudier pendant des heures

Ça compte pas pour du beurre !

Après la leçon de mathématiques
Je suis comme mon chien, plein de tiques

Et le prof a plein de tics !

Et quand il monte d’un ton
À la cantine on mange du thon

Parlez-pas sur ce ton !

On fait de la grammaire
Mais je préfère voir ma grand-mère

Moi, je l’ai amère !

À la fin des cours
On va dans la cour  

Et vas-y que je courre !            

Matilde, à 4 mains

 

 

 

 

Le cuisinier

Mon entrée sera constituée de légumes du marché 
Mon tablier mis ainsi que mes souliers
Maintenant, j’ai du pain sur la planche, à mes casseroles
Carottes, navets, choux, tous en farandole

Mon plat, jambon au torchon
Car tout est bon dans le cochon
Accompagné d’une ratatouille
Tant la faim nous chatouille

Mon dessert, cerise sur le gâteau 
Servie sur un plateau
Quelques mignardises 
Pour nos papilles, que de belles surprises

Léa