Écriture à plusieurs mains

Poèmes « ping-pong » écrits pendant le confinement : premier jet écrit à la maison, envoyé au maître ou à Dominique MONTALIEU, poète, retour, validation.

Merci Dominique pour tes retours !

 

 

 

 

 

Un vétérinaire extraordinaire

Le vétérinaire du village est occupé
Pleins d’oiseaux n’arrivent pas à s’envoler
Quels drôles de zozos ont pu les blesser ?

Le vétérinaire du village
Est allé à Disney
Il aime bien les dessins animés
Ses préférés
Bambi, Le Roi Lion, Rox et Rouky

Il aime son métier
Il aime soigner
Toujours passionné
Il n’arrête jamais de travailler
Avec cette passion, il est né

Vétérinaire et volontaire
Il soigne chiens, chats, oiseaux
Et toutes espèces d’animaux
Il sauve des vies
Même des souris
Pour les animaux c’est un héros

Mais aujourd’hui, repos
Le vétérinaire du village
Ne travaille pas aujourd’hui, il est à la plage

Mila, à 4 mains

 

 

 

 

 

Le maire

Il doit travailler tous les jours, le maire
Il voudrait bien aller à la mer,
Et appeler sa mère
Ou son père …
Mais il perd tout le temps son téléphone !

Mais où est donc son iPhone ?

D’ailleurs il perd aussi aux cartes
Quant à son père,
Il gagne tout le temps
C’est pas mieux quand il sort
Tout le temps il se perd

Et dix de der !

Le maire décide alors
De travailler les jours pairs
Et les jours impairs
Il va voir sa mère …
Ou son père

La belle affaire !

Léna, à 4 mains

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’explorateur

Je suis d’abord allé en Angleterre
Et j’ai vu des cerfs
Le jour de mon anniversaire !

Puis au Japon
Qu’il était beau c’est poisson
Un superbe thon !

Après en Australie
Voir les diables de Tasmanie
Ils courent partout, quelle manie !

Au Soudan
J’ai observé les éléphants
Dire qu’on les tuaient pour fabriquer des olifants !

Enfin je suis allé au Canada
Pour voir les bélugas
Salut les gars !

Loris, à 4 mains

 

 

 

 

 

 

La fleuriste

Quand on va chez la fleuriste,
Ce n’est pas pour être triste.
Elle offre des fleurs,
Peu importe l’heure.

Elle collectionne les fleurs et des prénoms :
« Rose », « Lilas », « Marguerite »,
« Violette », « Pâquerette »
Les orchidées sont ses préférées,
Les poches de son tablier sont des jacinthes parfumées.

Elle aime les œillets,
Pour mettre dans son classeur des commandes,
Elle veut en prendre,
Des œillets roses et rouges, parfumés.

Elle mélange kalanchoés et fleurs d’oranger,
Dans le même bouquet,
Quand Xuân Dieu* et Mai Lien** seront là,
Les tulipes et les hortensias fleuriront en éclat.

Maé

*prénom vietnamien de Maé, qui signifie : « Printemps gracieux »

** prénom vietnamien de la cousine de Maé, qui signifie : « Fleur d’oranger »

 

 

 

 

 

 

Le cuisinier

Il prépare des repas
Des gros ou des petit

Petits rats ?

Il s’empare des rats
Et les fait cuire en bouillie

P’tits rats de l’Opéra

Il demande au restau-rat-teur
D’aller servir des plats au beurre

Opéra … Opération ? Opé … ration !

Franchement, cuisiner c’est Le meilleur des métiers
Ration pour les végétariens :

T’as juste à couper
Carottes, choux, navets

Tarien ? Mais t’en avait !

Venez dans mon restaurant
Ici, on mange du pélican

Ave Caesar…

Il faut préparer la table 
remplir les verres d’eau terre

Lucas, à 4 mains

 

 

 

 

Le mettre des colles

Le mettre me dit
C’est Charlemagne qui a inventé les colles

À la barbe, à la barbe…

Je me suis dit
Faut pas être au collège

À la barbe des enfants…

D’ailleurs lui non plus il ne faut pas qu’il y soit
Sinon je vais avoir des heures de colle

Ah ! La barbe, ah ! La barbe…

Et parce que quand on est collé
Personne ne rigole
Ni à son nez, ni à sa barbe
Parce que Charlemagne est soupe au lait

Avec sa barbe … fleurie !

Liam, à 4 mains

 

 

 

L’éboueur

Être éboueur pendant des heures
De la première à la dernière
Un métier sale ?

Mais pas du tout !

Être travailleur c’est ça qui est bien
Tant que ça apporte beaucoup de joie
Pourvu que ce soit bien pour tous

Des sandwichs jambon-beurre à toutes les heures
De la première à la dernière
Un métier sale ?

Mais pas du tout !

Être travailleur ça fait grand bien
Tant que ça apporte aux autres et à soi
Et surtout ça sert bien à tous

Être éboueur de très bonne heure
Avoir l’art et la manière
De nous débarrasser du sale

Oui un point c’est tout !

Car comme le dit
Fort justement le proverbe :
« Il n’y a pas de sots métiers
Il n’y a que des sottes gens ».

Maëlys, à 4 mains

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*