VTT à l’école, à côté et pas loin …

Un méchant virus perturbe depuis un an notre vie d’école (et la vie de tous) … Malgré cela, le moral est bon dans les classes, même s’il peut être encore difficile de retrouver le rythme de la vie d’une classe.

L’an dernier, nous n’avons pas pu mener notre cycle VTT à l’école, à côté et un peu plus loin …
Cette année c’est possible, nous avons donc entamé notre cycle d’activité VTT par des ateliers à l’école tous les matins et vendredi nous avons roulé dans le bois juste à côté de l’école pour expérimenter des sentiers VTT techniques : avec des racines, des marches naturelles, des cailloux, du relief.

Nous travaillons la maniabilité, l’agilité, le contrôle du vélo, la gestion des vitesses, nous travaillons aussi en classe sur l’histoire du vélo, le sport cycliste, les parties du vélo, etc. Nous allons aussi travailler sur les grands principes du code de la route et faire un peu de mécanique.

Nous avons aussi parlé du casque qui est vital sur le vélo : il est notre seule protection, il sauve des vies et on n’est pas dispensé de le porter parce qu’on pense savoir très bien faire du vélo …

Le vélo est un moyen de transport écologique et bon pour la santé, idéal pour les trajets courts. Notre commune est adaptée à sa pratique, notamment pour venir à l’école.

Mercreci prochain, nous allons faire notre première sortie matinée vers Gargas et vendredi la première sortie journée entre Girou et Hers. Merci aux adultes agréés pour leur disponibilité, sans eux nos sorties ne pourraient avoir lieu (d’ailleurs certains vont faire des heures « supplémentaires » ce week-end pour faire la reconnaissance et le balisage des circuits de la semaine prochaine).

Suivront notre classe transplantée « VTT et environnement : eau et forêt » à Sérénac début juin et une deuxième sortie journée vers Vacquiers et la Forêt royale mi-juin.

Les CM1

 

 

 

Histoire du Premier mai

Aujourd’hui, la fête du Travail (ou fête des Travailleurs) est commémorée par un jour chômé le 1er mai dans la plupart des pays ayant institué une telle fête… mais pas dans tous.
En France, dès 1793, une fête du Travail est fixée le 1er pluviôse (en janvier), et fut instituée pendant quelques années par Fabre d’Églantine.

Aux Etats-Unis, au cours de leur congrès de 1884, les syndicats se donnent deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils choisissent de débuter leur action le 1er mai parce que beaucoup d’entreprises américaines entament ce jour-là leur année comptable, et que les contrats ont leur terme ce jour-là. C’est ainsi que le 1er mai 1886, la pression syndicale permet à environ 200 000 travailleurs d’obtenir la journée de huit heures. D’autres travailleurs, dont les patrons n’ont pas accepté cette revendication, entament une grève générale. Ils sont environ 340 000 dans tout le pays. Le 3 mai, une manifestation fait trois morts parmi les grévistes à Chicago. Le lendemain a lieu une marche de protestation et dans la soirée, il ne reste plus que 200 manifestants face à autant de policiers. C’est alors qu’une bombe explose devant les forces de l’ordre. Elle fait un mort dans les rangs de la police. Sept autres policiers sont tués dans la bagarre qui s’ensuit. À la suite de cet attentat, cinq syndicalistes anarchistes sont condamnés à mort ; quatre seront pendus le vendredi 11 novembre 1887 (connu depuis comme Black Friday ou vendredi noir) malgré l’inexistence de preuves, le dernier s’étant suicidé dans sa cellule. Trois autres sont condamnés à perpétuité. Sur une stèle du cimetière de Waldheim, à Chicago, sont inscrites les dernières paroles de l’un des condamnés: « Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd’hui. »

Trois ans plus tard, la 2ème Internationale socialiste se réunit à Paris pour le centenaire de la Révolution française et l’exposition universelle. Elle décide de faire de chaque 1er mai une journée de manifestation avec pour objectif la réduction de la journée de travail à huit heures (soit 48 heures hebdomadaires, le dimanche seul étant chômé).

 

Le 1er mai 1891, à Fourmies, dans le Nord, la manifestation tourne au drame : la police tire sur les ouvriers et fait neuf morts. Avec ce nouveau drame, le 1er mai s’enracine dans la tradition de lutte des ouvriers européens.

En 1920, la Russie bolchevique décide que le 1er mai sera désormais chômé et deviendra la fête légale des travailleurs. Son exemple est suivi dans la plupart des autres pays.

 

Pie XII institue en 1955 la fête de saint Joseph artisan, destinée à être célébrée le 1er mai de chaque année.

 

En France, au début du XXe siècle, il devient habituel, à l’occasion du 1er mai, d’offrir un brin de muguet, symbole du printemps en Île de France. Une tolérance de l’administration fiscale permet aux particuliers et aux organisations de travailleurs de vendre les brins de muguet sans formalités ni taxes.

Le 23 avril 1919, le sénat ratifie la journée de huit heures et fait du 1er mai suivant une journée chômée.

 

Le 24 avril 1941, pendant l’occupation allemande, le Maréchal Pétain instaure officiellement le 1er mai comme « la fête du Travail et de la Concorde sociale ». Ce jour devient chômé. La fleur de muguet va en devenir le symbole, remplaçant la fleur rouge d’églantine, symbole révolutionnaire.

 

En 1947, le 1er mai devient de droit un jour férié chômé et payé pour tous les salariés sans conditions (art. L. 222-6 du code du travail français); mais il n’est pas officiellement désigné comme fête du Travail). Ce n’est que le 29 avril 1948 qu’est officialisée la dénomination « fête du Travail » pour le 1er mai.