Poèmes « cadavre exquis »

 

Poèmes écrits pendant le confinement : un élève invente une strophe (le sujet est libre), un autre continue le poème, on fait suivre, etc. Merci à Dominique MONTALIEU, poète, d’avoir participé.

 

Saturne

Belle planète aux disques bleus 
Elle se reflète dans le ciel bleu
Anneaux de glace 
Elle parade dans tout l’espace.

Avec mon grand âge 
Je provoque toujours des orages
Mes amies sont Neptune, Orion, Pluton
De belles planètes aux constellations. 

 Depuis l’espace
On voit des étoiles en masse
La planète terre
N’a pas beaucoup de cratères

« Sacrée planète Terre
Où ça tourne pas toujours rond !
Sur Saturne pour moi c’est mystère … »
Dirait Miss France à ses chaperons.

Lorenzo, Liam, Dominique

 

 

 

 

 

Mon chien Harlow fait rire tous les animaux
Car c’est le roi des rigolos    
Harlow s’est levé tôt
Car aujourd’hui il part en colo.

Mon chien Ouipi est tout petit 
Mais un grand supporter de Messi 
Il nous avertit
Quand il y a un chat ou une souris

Mon chien Louky est un ouistiti
Car il aime les biscuits
Il entend tous les bruits
Surtout les gazouillis

Mila, Matilde, Maé

 

 

 

Le pêcheur

Le pêcheur allait à la mer
Avec son petit bateau

Aujourd’hui,
Il a pêché du thon
En tongs sur son bateau
Il hausse le ton
Et il dit :
Mon thon est meilleur que ton thon tonton

Sur le quai
Il va vendre son thon
Le tout sur un plateau
Il déchausse ses tongs
Et il dit :
Montons et montrons mon thon au mirliton !

Soyez clément (mais moi c’est Dominique!)

Clément, Dominique

 

 

 

 

 

 

Poèmes « cadavre exquis »

 

Poèmes écrits pendant le confinement : un élève invente une strophe (le sujet est libre), un autre continue le poème, on fait suivre, etc. Merci à Dominique MONTALIEU, poète, d’avoir participé.

Mon ballon

Il est rond
C’est mon meilleur ami
Sans lui je m’ennuie

Il est toujours ici
Avec moi
A côté de lui
Je le prends dans mes bras

Matilde, Lucas

 

 

La tortue

Elle mange de la laitue
Mais elle est têtue
Têtue comme une mule

La tortue ne marche pas vite
Car elle est petite
Sa carapace est grosse
Grosse comme un os

Quand elle est heureuse
Elle tombe amoureuse
Quand elle est furieuse
Elle devient malheureuse

Une tortue malheureuse
Souvent ça se carapate
Ça pose sa carapace douloureuse
Et ça file vers les Carpates

Elle mange des fleurs de pissenlits
C’est une tortue testudo horsfieldii
Elle se promène sur la terrasse
Elle n’imagine pas le danger
Pour sa belle carapace.

Nancy, Dominique, Lorenzo

 

 

Pour la nouvelle année
Ma classe avait souhaité
À tous la bonne santé
Mais pas d’être confiné !

Pour pouvoir les retrouver
Sortez masqués
Sans risque
D’être encore plus confinés

Léa, Analusia

Poèmes « cadavre exquis »

Poèmes écrits pendant le confinement : un élève invente une strophe (le sujet est libre), un autre continue le poème, on fait suivre, etc. Merci à Dominique MONTALIEU, poète, d’avoir participé.

 

 

 

 

Au bistrot
Le cafetier fait des cafés
Je prendrai un décaféinato

Au galop
Je repartirai voir ma fée
Lui jouer ma sérénade tôt

Moi je prendrai plutôt un panaché
Mais point trop
Pour ne pas avoir un drôle d’effet

Moi ce sera un galopin
Ma fée, je te retrouverai dans cet assommoir
Comme quand nous étions gamins

Nathan, Dominique, Thierry, Raphaël

 

 

 

 

Je suis confiné
Je reste chez moi
L’école est fermée mais pas terminée
Qu’est-ce que tu fais chez toi ? 

Je prépare des cookies
Pour tous mes amis
Régalez-vous
Bon appétit !

Il me tarde que l’on puisse se revoir
À l’école le 12 mai
J’espère qu’il n’a va pas pleuvoir
Pour que l’on puisse s’amuser

Et si jamais il pleut 
Nous irons en radeau au musée 
Voir la Méduse si on peut
On sera médusés !

Gabriel, loris, Mila, Dominique

 

 

 

 

 

 

 

Le tyrannosaure a de grandes dents
C’est pour ça qu’il mange tout le temps
Son ami spinosaure est aussi carnivore
Leurs ennemis, ils les dévorent

Les ankylosaures, eux, tapent fort
Bien qu’ils soient des herbivores
Le stégosaure et sa lourde cuirasse
Est tout aussi efficace

Quant à l’éoraptor
Sa vitesse vaut de l’or
Et ses grandes dents
Sont plus redoutables qu’un volcan

Élise, Mathieu, Clément

 

 

 

Poèmes « cadavre exquis »

 

Poèmes écrits pendant le confinement : un élève invente une strophe (le sujet est libre), un autre continue le poème, on fait suivre, etc. Merci à Dominique MONTALIEU, poète, d’avoir participé.

 

 

La famille

Être en famille
C’est être entouré de ses parents 
C’est facile 
Mais aussi avec ses grands-parents 
Cela rappelle les racines 
Qui fascinent 

La famille c’est important
Même on ne se voit pas souvent
On prend des nouvelles
On s’écrit
On téléphone, on rit
Que les cousins soient à Marseille oui Paris

La famille ça fait plaisir
Ça nous fait des cookies
Mais aussi des pâtisseries
Quel plaisir de les offrir
Que de temps en temps
Car on est gourmand …

Dans la famille, on est plusieurs
Ça fait de la chaleur dans nos cœurs
On a tous nos caractères même si parfois c’est la galère
On s’entend très bien sur la terre

Ma famille à moi 
On est plein de joie 
On fait beaucoup de balades 
Et c’est toujours la rigolade

La famille c’est fait de gènes
Mais aussi de plus vieux
Et parfois d’oncle Eugène
Et sans lui … pas de plaisir !

Analusia, Thierry, Maé, Gabriel, Matilde, Dominique

 

 

 

 

 

J’aime les fleurs
Remplies de couleurs
Et les oiseaux
Brillants comme des joyaux

J’aime le ciel bleu
Qui éclaircit mes yeux
Et le soleil chaud
Qui réchauffe ma peau

J’aime les arbres verts
Qui sont dans mon jardin
Quand je les voie tous les matins
Je deviens heureuse c’est certain

Et les fleurs qui poussent
Avec le soleil
Elles deviennent des jeunes pousses
Et nous donnent leurs couleurs

Dans les arbres et près des fleurs
J’adore le chant de l’oiseau
Même s’il est un peu persifleur
Rappelant que l’homme est vraiment zozo !

Léna, Léa, Nancy, Dominique

 

 

 

Poèmes « cadavre exquis »

 

Poèmes écrits pendant le confinement : un élève invente une strophe (le sujet est libre), un autre continue le poème, on fait suivre, etc. Merci à Dominique MONTALIEU, poète, d’avoir participé.

 

 

 

Le jardinier
Plante fleurs et légumes
Moi ce que je préfère c’est le carottier

Je suis jardinier
Et j’ai un beau jardin.
J’y plante des légumes et fleurs
Avec mon copain

Raphaël tu nous parles de carottier
Là j’ai un trou: nous parles-tu de cet outil
Qui permet sur les chantiers
D’obtenir des échantillons utiles ?

Ou bien de l’escroc
Qu’on qualifie du même nom ?
Pardon maître pour cet accroc :
« Plus de trois strophes nom de non ! »

Mais c’est ce qu’il me faut
– Mince faut que j’accélère –
Pour dire à moins que ce soit faux
Que tu pensais Raphaël – avec un seul r – …

… À un producteur de carottes.

Raphaël, Tomàs, Dominique

 

 

 

 

Pâtissier

Plus qu’un métier,
Une passion
Et même une vocation

Je suis pâtissier
Je cuisine de quoi manger
Du sucré ou du salé
Car j’aime bien manger

Chaque matin
Sur ma tête un chapeau
Au tour du cou un tablier
Mains au travail, faire un dessert

J’aime décorer des gâteaux
Avec beaucoup de couleurs
Et des desserts délicieux.

Je mets dans le four
Avec douceur
Bien au fond, calmement,
La pâte gonfle, elle se réchauffe

J’attends impatient
De déguster sans attendre

Et voici le moment
De la retirer du four …
Mais la pâte a brûlé !
Que vais-je manger ?

Ben mon chapeau
Et bonne pâte
Je rends mon tablier 

Tomàs, Dominique

 

 

   

 

Le covid est puissant,
Le confinement est ennuyant
Bye bye les copains
Et bonjour les câlins !

Le méchant virus est passé
Il nous a confinés
Mais le moral il faut garder
Rire, jouer, rêver !

Les médecins sont débordés 
Cela ne peut pas durer
Il faut les aider
Le covid doit cesser !

Afin de me réconforter
Et reprendre la vie du bon pied
J’aimerais aller à la plage
Regarder le coucher de soleil, à mon âge

J’ai envie de changer d’air
De partir avec mon père et ma mère
Dans un pays lointain
Avec tous mes copains

Alors dès que les médecins
Seront enfin au repos
Qu’on aura trouvé le vaccin
On ira au moins à Aire et Pau !

Maé, Thierry, Élise, Anaé, Léna, Dominique

 

 

Écriture à plusieurs mains

 

Poèmes « ping-pong » écrits pendant le confinement : premier jet écrit à la maison, envoyé au maître ou à Dominique MONTALIEU, poète, retour, validation.

Merci Dominique pour tes retours !

 

 

Le pompier

Quand on est pompier
Il faut se protéger

Un pompier est toujours appelé
Quoi, c’est pour une araignée ?
Oui, elle est grosse, elle est au plafond
Mais pas de quoi s’affoler ou mettre la sirène à fond

Aller à droite, à gauche sans arrêt
C’est bien compliqué

Il doit rester éloigné des flammes
Et bien garder son calme
Il reste droit, son tuyau est son oriflamme
Il n’est pas là pour faire de la réclame

Il est bien musclé et bien formé
Pour grimper les escaliers

Avec son courage et sa lance
Il éteint les braises qui dansent
Danser sous pluie
C’est ce qu’il préfère lui

C’est un métier de courageux
On ne peut pas dire que c’est un jeu

On voit la lance du pompier
Quel que soit le terrain
Mais aussi sa danse si vous épiez :
« I’m singing in the rain… »

Mathieu, à 6 mains

 

 

 

 

 

Le routier

Pour s’éloigner ainsi de sa famille
Il faut aimer rouler !
Sur les routes on voit Camille
Dans son camion débouler.

Pour faire manger les humains
Toujours loin des siens
Camille le routier livre les magasins :
Avec lui, son dalmatien !

Un client lui dit :
« Vous roulez de nuit
Et même le midi
Est-ce que cela vous ennuie ?

Dans votre camion doré
Pour livrer des produits frais
Les kilomètres vous dévorez
Jamais ça ne vous effraie ? »

« Non, car après les livraisons
Avec mon chien Je me repose
Car quelle que soit la saison
Faut toujours faire des pauses!

Mais je dois vous laisser
Remettre mes espadrilles
Pour ne pas me blesser
En rejoignant l’escadrille …

… Formée par mes copains
Les autres routiers ! 
Alors prenez tout mon pain
Je vous le donne volontiers … »

Analusia, à 4 mains

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les pompiers

Dans la caserne
On entend la sirène

Pin pon ! Pin pon !
Il est tout rouge le camion !

Vite vite ils sont pressés
Car le feu a commencé !

Pin pon ! Pin pon !
Laissez-passer, attention !

Les pompiers sont arrivés
Le feu va tout brûler

Pin pon ! Pin pon !
Les soldats du feu sont en action !

Ils ont évacué les gens
On peut dire juste à temps

Pin pon ! Pin pon !
La grande échelle a du bon !

Les pompiers rentrent enfin
Une journée qui se finit bien

Csabi, à 4 mains

 

 

 

 

 

 

 

 

Le glacier

Je suis glacier 
J’aime les glaces
J’aime patiner sur la glace 
Les offrir à mes amis, mes coéquipiers  

Je suis glacier
Je laisse la place …
Les matinées sur la glace
Je les offre à mes amis, ceux qui ont encore pied …

Je suis glacier
Et ceux qui ont besoin d’être soignés
Seront réconfortés
Par les glaces que je leur offrirai

Quant à ceux qui ne sont pas confinés
Nous devons les honorer
Grâce à eux nous serons délivrés
Comme la fameuse reine de Disney

Anaé, à 6 mains

 

 

 

 

 

 

 

Le pompier

Je suis un pompier volontaire
Je me retrouve souvent par terre

Devant un feu violent
Je me sens peu puissant

Quand la sirène se met à sonner
Nous sommes tous passionnés

Quand nous sommes dans la caserne
Nous faisons du tri dans la réserve

Maintenant qu’il y a le coronavirus
Il n’y a personne dans la rue

Voilà ma vie fantastique
Mais je continue de veiller

Car ma Maxime est :
« Pompier bon œil ! »

Maxime, à 4 mains

 

 

 

Pour les aînés …

Nous pensons particulièrement à nos aînés et cette période si particulière …
Deux poèmes de Léa, merci !

 

Poème pour un papi

Un tout petit poème
Pour un papi qu’on aime
Des gros bisous gentils
Pour un papi chéri
Et des jolis sourires
Pour lui faire plaisir.
Bon courage nous nous verrons vite

Les enfants de Cépet

 

Poème pour une petite mamie

Les enfants l’aiment fort
Car une mamie est un trésor
Quand elle fait des bisous
On est content comme tout
Quand elle nous fait des câlins
On se sent très très bien
Son sourire est si doux
Qu’il illumine tout
Et son cœur est si grand
Que l’on peut si perdre dedans.
Bon courage on pense à vous

Les enfants de Cépet

 

Écriture à plusieurs mains

Poèmes « ping-pong » écrits pendant le confinement : premier jet écrit à la maison, envoyé au maître ou à Dominique MONTALIEU, poète, retour, validation.

Merci Dominique pour tes retours !

 

 

 

 

 

Un vétérinaire extraordinaire

Le vétérinaire du village est occupé
Pleins d’oiseaux n’arrivent pas à s’envoler
Quels drôles de zozos ont pu les blesser ?

Le vétérinaire du village
Est allé à Disney
Il aime bien les dessins animés
Ses préférés
Bambi, Le Roi Lion, Rox et Rouky

Il aime son métier
Il aime soigner
Toujours passionné
Il n’arrête jamais de travailler
Avec cette passion, il est né

Vétérinaire et volontaire
Il soigne chiens, chats, oiseaux
Et toutes espèces d’animaux
Il sauve des vies
Même des souris
Pour les animaux c’est un héros

Mais aujourd’hui, repos
Le vétérinaire du village
Ne travaille pas aujourd’hui, il est à la plage

Mila, à 4 mains

 

 

 

 

 

Le maire

Il doit travailler tous les jours, le maire
Il voudrait bien aller à la mer,
Et appeler sa mère
Ou son père …
Mais il perd tout le temps son téléphone !

Mais où est donc son iPhone ?

D’ailleurs il perd aussi aux cartes
Quant à son père,
Il gagne tout le temps
C’est pas mieux quand il sort
Tout le temps il se perd

Et dix de der !

Le maire décide alors
De travailler les jours pairs
Et les jours impairs
Il va voir sa mère …
Ou son père

La belle affaire !

Léna, à 4 mains

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’explorateur

Je suis d’abord allé en Angleterre
Et j’ai vu des cerfs
Le jour de mon anniversaire !

Puis au Japon
Qu’il était beau c’est poisson
Un superbe thon !

Après en Australie
Voir les diables de Tasmanie
Ils courent partout, quelle manie !

Au Soudan
J’ai observé les éléphants
Dire qu’on les tuaient pour fabriquer des olifants !

Enfin je suis allé au Canada
Pour voir les bélugas
Salut les gars !

Loris, à 4 mains

 

 

 

 

 

 

La fleuriste

Quand on va chez la fleuriste,
Ce n’est pas pour être triste.
Elle offre des fleurs,
Peu importe l’heure.

Elle collectionne les fleurs et des prénoms :
« Rose », « Lilas », « Marguerite »,
« Violette », « Pâquerette »
Les orchidées sont ses préférées,
Les poches de son tablier sont des jacinthes parfumées.

Elle aime les œillets,
Pour mettre dans son classeur des commandes,
Elle veut en prendre,
Des œillets roses et rouges, parfumés.

Elle mélange kalanchoés et fleurs d’oranger,
Dans le même bouquet,
Quand Xuân Dieu* et Mai Lien** seront là,
Les tulipes et les hortensias fleuriront en éclat.

Maé

*prénom vietnamien de Maé, qui signifie : « Printemps gracieux »

** prénom vietnamien de la cousine de Maé, qui signifie : « Fleur d’oranger »

 

 

 

 

 

 

Le cuisinier

Il prépare des repas
Des gros ou des petit

Petits rats ?

Il s’empare des rats
Et les fait cuire en bouillie

P’tits rats de l’Opéra

Il demande au restau-rat-teur
D’aller servir des plats au beurre

Opéra … Opération ? Opé … ration !

Franchement, cuisiner c’est Le meilleur des métiers
Ration pour les végétariens :

T’as juste à couper
Carottes, choux, navets

Tarien ? Mais t’en avait !

Venez dans mon restaurant
Ici, on mange du pélican

Ave Caesar…

Il faut préparer la table 
remplir les verres d’eau terre

Lucas, à 4 mains

 

 

 

 

Le mettre des colles

Le mettre me dit
C’est Charlemagne qui a inventé les colles

À la barbe, à la barbe…

Je me suis dit
Faut pas être au collège

À la barbe des enfants…

D’ailleurs lui non plus il ne faut pas qu’il y soit
Sinon je vais avoir des heures de colle

Ah ! La barbe, ah ! La barbe…

Et parce que quand on est collé
Personne ne rigole
Ni à son nez, ni à sa barbe
Parce que Charlemagne est soupe au lait

Avec sa barbe … fleurie !

Liam, à 4 mains

 

 

 

L’éboueur

Être éboueur pendant des heures
De la première à la dernière
Un métier sale ?

Mais pas du tout !

Être travailleur c’est ça qui est bien
Tant que ça apporte beaucoup de joie
Pourvu que ce soit bien pour tous

Des sandwichs jambon-beurre à toutes les heures
De la première à la dernière
Un métier sale ?

Mais pas du tout !

Être travailleur ça fait grand bien
Tant que ça apporte aux autres et à soi
Et surtout ça sert bien à tous

Être éboueur de très bonne heure
Avoir l’art et la manière
De nous débarrasser du sale

Oui un point c’est tout !

Car comme le dit
Fort justement le proverbe :
« Il n’y a pas de sots métiers
Il n’y a que des sottes gens ».

Maëlys, à 4 mains

 

 

Écriture à plusieurs mains

Poèmes « ping-pong » écrits pendant le confinement : premier jet écrit à la maison, envoyé au maître ou à Dominique MONTALIEU, poète, retour, validation.

Merci Dominique pour tes retours !

 

 

 

Le pêcheur

Est comme un poisson dans l’eau
Le pêcheur est tout en bonheur 
Quand il monte sur son bateau
C’est pas un raffiot, c’est pas un radeau

Et quand il pêche 
La truite s’agite
Au bout de la ligne
Elle a pris la mouche

Le merlu, le saumon ou la seiche
Rien ne lui résiste
Quant au requin
Il reste serein 

Un dernier coup de turbot 
Et on peut rentrer du boulot 

Et le pêcheur quand il pêche 
Il a toujours la pêche !
Les poissons n’ont qu’à bien se tenir
Et ramener leur fraise
Sinon
Il les accompagnera de citron

Louna, à 4 mains

 

 

 

 

L’ambulancier

Ma voiture est belle
Elle est blanche, elle brille
C’est une ambulance
Je la sens trembler
Frissonner
Quand je klaxonne

J’allume le gyrophare
J’appuie sur le champignon
Il m’est arrivé de louper un virage
Et de me retrouver dans un champ d’oignons
Je transporte des blessés
Je ne me pose pas plus de questions
C’est pas mes oignons

Il y a des vies à sauver
J’accélère comme un fou
Même s’il y a des trous
Je suis là pour aider
Je passe partout
Aider les gens mala-doux.

Lorenzo, à 4 mains

 

 

 

 

 

Mon coiffeur

Il m’accueille toujours bien
Il me met à l’aise
À chaque rendez-vous
J’ai droit à un gâteau aux fraises
Il le sait
C’est mon préféré

Quand je m’assois sur la chaise
Autour de mon cou, il met une fraise
Avec habileté et délicatesse
Il me coupe les cheveux à grande vitesse
Ensuite séchage, coiffage
Et avant de partir, toujours un bon adage

Tomàs, à 4 mains

 

 

 

Écriture à plusieurs mains

Poèmes « ping-pong » écrits pendant le confinement : premier jet écrit à la maison, envoyé au maître ou à Dominique MONTALIEU, poète, retour, validation.

Merci Dominique pour tes retours !

 

 

 

 

Le Professeur

Le Professeur nous enseigne l’histoire, le calcul, le français
Nous les élèves on n’aime pas la rentrée
On préfère les récrés

Au travail ! Au travail !

Quand il écrit au tableau 
On trouve ça trop rigolo
Zéro + zéro égale la tête à Toto

Au travail ! Au travail !

Professeur tu bâtis notre avenir
Et nous on préfère rire
Vraiment tu n’aurais pas imaginé pire

Au travail ! Au travail !

Triangles, lecture, géographie, histoire
Il nous faut tout savoir
Et en plus des devoirs

Au travail ! Au travail !

Écoutez-moi les enfants
Bientôt fini le confinement !
On va retrouver l’école comme avant

Raphaël, à 4 mains

 

 

 

 

 

 

 

 

Vétérinaire

Quand on est vétérinaire
Il faut prendre de l’air !

C’est très compliqué de soigner
Des perroquets bien contrariés
Il faut savoir se maîtriser
Pour ne pas pleurer

On doit ausculter
Donner des cachets

Pour soigner les chevaux
Qui sont si beaux
Il faut de gros engins
Pour soulever leur popotin
Mais attention aux coups de sabots
Ça peut faire de gros bobos

Quant aux vers de terre
Qui ont pris un coup de lune
Vaut mieux rien leur faire
Si on veut faire fortune !

Car lune sans l’autre
Manquerait de poésie
Sans vers, les tiens les nôtres :

Paralysie !

Quel désastre
Pour cet astre !

Élise, à 4 mains

 

 

 

 

 

Professeur

J’ai un professeur
Il nous fait étudier pendant des heures

Ça compte pas pour du beurre !

Après la leçon de mathématiques
Je suis comme mon chien, plein de tiques

Et le prof a plein de tics !

Et quand il monte d’un ton
À la cantine on mange du thon

Parlez-pas sur ce ton !

On fait de la grammaire
Mais je préfère voir ma grand-mère

Moi, je l’ai amère !

À la fin des cours
On va dans la cour  

Et vas-y que je courre !            

Matilde, à 4 mains

 

 

 

 

Le cuisinier

Mon entrée sera constituée de légumes du marché 
Mon tablier mis ainsi que mes souliers
Maintenant, j’ai du pain sur la planche, à mes casseroles
Carottes, navets, choux, tous en farandole

Mon plat, jambon au torchon
Car tout est bon dans le cochon
Accompagné d’une ratatouille
Tant la faim nous chatouille

Mon dessert, cerise sur le gâteau 
Servie sur un plateau
Quelques mignardises 
Pour nos papilles, que de belles surprises

Léa