VTT à l’école et plus loin …

 

Sortie vendredi 22 avril entre Hers et Girou, une « classique » de nos sorties VTT. Les bois traversés, les sites, sont superbes, très nature. La balade est aussi vallonnée et réservait quelques passages techniques où nous avons pu nous exercer.

Bravo au groupe pour sa motivation, son émulation, sa bonne humeur, son bon comportement sur le vélo. Cette année encore les pluies des jours précédents ont rendu certains terrains gras, voire glissants. Cela a aussi « un peu » retardé notre retour, mais la priorité était que chacun progresse à son rythme.
La performance sportive est donc bien là, ce n’était pas l’objectif premier de la sortie, mais une trentaine de kilomètres et ce dénivelé positif cumulé (plus de 300 m), on peut dire comme en jargon cycliste que c’est un « truc de costaud ». Les pauses ont été régulières et ont permis de relever le challenge, enfants et adultes étaient fatigués à l’arrivée mais ravis ! Pouet-Pouet était aussi ravi !

Et encore une fois merci aux adultes qui nous ont accompagnés car ils ont grandement contribué à la réussite de la journée : Jean-Pierre, Emmanuelle, Jean-Roger, Gaëlle, Élodie(s), Olivier, Claude, Christophe, Lionel et Jérôme sur le vélo, et Jojo et Maurice au volant des voitures relais.

En CM1

 

Et quelques photos de notre reporter Jérôme

:

 

 

Après les gouttes et juste avant …

 

Nous poursuivons notre cycle vélo à l’école, à côté et un peu plus loin … Au programme ce matin, sortie vers Gargas …

La pluie a cessé juste avant notre départ et a repris en début d’après-midi, les terrains étaient tout de même humides, vélos et pilotes sont revenus plus ou moins « crottés », certains adultes beaucoup plus car ils apprécient particulièrement les grosses flaques de boue et ne peuvent s’empêcher d’y rouler vite dedans … Nous ne dénoncerons personne !

Les terrains humides ont pu rendre par endroit la progression plus énergivore, bravo aux enfants pour leur performance du matin et leur comportement cycliste responsable. Et merci aux adultes agréés accompagnants (Jean-Roger, Emmanuelle, Jean-Pierre, Jérôme, Nicolas, Sonia, Olivier, Nicolas, Gaëlle et Magali) qui ont aussi contribué par leur encadrement sérieux et empathique à la réussite de la sortie.

En CM1

 

Et quelques photos de notre reporter Jérôme :

 

Vélo à l’école, à côté et un peu plus loin, savoir rouler, vélobus

Nous venons de boucler nos 10 séances de vélo à l’école sur ces deux dernières semaines : tous les matins, le maître nous a proposé des ateliers, des activités permettant de travailler l’agilité, la maniabilité, la maîtrise du freinage, l’apprentissage du passage des vitesses, le savoir rouler, etc. En parallèle et en classe, nous travaillons sur un dossier sur le vélo, son histoire, l’histoire du sport cycliste, le VTT, l’anatomie du vélo, la compétition, le jargon, l’outillage, etc.
Nous avons aussi fait un peu de mécanique pour apprendre à remettre une chaîne qui a déraillé ou changer une chambre à air.

Les élèves ont la possibilité de pouvoir venir en sécurité à l’école à pied ou en vélo. Nous avons testé un vélobus retour deux mercredis : on ramène les enfants en vélo et en groupe chez eux. Cela peut créer une dynamique autour de l’école, c’est bon pour la santé et c’est bon pour la planète !
Nous avons même hier travaillé le passage d’un rond-point.

Ce matin, dernière séance avant les sorties à la demi-journée ou à la journée qui sont prévues : pratique dans le quartier voisin et dans le bois.
Merci aux adultes bénévoles agréés qui nous accompagnent lors de nos sorties hors de l’école, sans eux l’activité ne pourrait avoir lieu. Ce matin, Emmanuelle, Jérôme, Élodie, Olivier, Magali, Claude, Jean-Marc et Christophe nous ont accompagnés.

En CM1

 

 

 

 

Et quelques photos de notre reporter Jérôme :

Pétanque

Jeu des cuvettes (individuel)
– Des cerceaux sont placés au sol, il s’agit de tomber dans le cerceau par une portée et non de rester dedans.
– Chaque joueur joue 3 boules.
– Score maximum : 30 points.
 
 
 

 

 
 
Jeu des cibles multiples (par équipe)
– Chaque équipe essaie de faire sortir toutes les boules du cercle.
– 1 point par boule sortie.
Variantes :
– On commence à 4m, on allonge la distance de tir.
– Sans limiter le nombre de boules tirées, on doit faire sortir toutes les boules, l’équipe gagnante est celle qui a utilisé le moins de boules.
D’après « Pétanque au cycle 3 » U.S.E.P. Aveyron

 

 

 

 
 
Jeu de l’échelle au point (individuel)
– Chaque joueur joue deux boules en partant de 1 m.
– Si au moins une boule atteint la zone de but, il pourra reculer de un mètre et poursuivre.
– 1 point par mètre gagné.
 
 

 

Jeu de l’échelle au tir (individuel)
– On joue de 4 m à 8 m.
– Chaque joueur tire 3 boules.
– Pour reculer d’un barreau, le jouer doit toucher la boule-cible au moins une fois.
– Score : barreau atteint.
Variante : on doit toucher à la rafle, au fer, ou au moins deux fois.

 

 

Jeu du damier au point (par équipe) (cases de 1 m de côté)
– On joue à 7 m.
– Chaque joueur pointe à tour de rôle pour son équipe en direction du damier.
– Si la boule s’arrête dans une case, on place un plot de couleur, la case est prise, on ne peut toucher le plot.
– 1 point par case occupée, 1 point de bonus si 3 cases alignées (hauteur, largeur, diagonale)
 
Variante : on joue sans les plots, on a le droit de pousser la boule de l’adversaire, on compte les points ensuite.
 
 
 
 

 

 
 
Jeu du damier au tir (par équipe) (cases de 1m de côté)
– On joue à 4 m puis on allonge le jeu.
– L’équipe adverse place 4 plots (plots orange, ou 4 boules) dans le damier.
– On doit toucher les plots.
– Chaque boule réussie vaut 2 points.
 
 
 
D’après « Pétanque au cycle 3 » U.S.E.P. Aveyron

  

 
 
 

 

 

 

 
 
Pétanque en CM1, merci aux adultes qui nous ont accompagnés pendant le cycle d’activité de début d’année, nous reprendrons peut-être l’activité au retour des beaux jours …
 

 

Pétanque mémento

 

 

 

 

 

Pétanque en CM1

 

Règles/ Stratégie – rappels

 

– Il faut dessiner le cercle de lancer ou poser le cerceau de lancer avant de lancer le but.
– L’équipe A pointe sa première boule. L’équipe B choisit de tirer. Si les deux boules sortent de l’aire de jeu, elles ne comptent plus, l’équipe B doit rejouer.
– Si la boule de chaque équipe est à la même distance du but, c’est à l’équipe qui a joué en dernier de rejouer.
– Il faut décider avec les partenaires de la tactique : point ou tir, avant ou après le but, en fonction du nombre de boules restantes, de la situation autour du but, etc.
– Le lancer du but est aussi un choix tactique dépendant des points forts de l’équipe ou de l’équipe adverse : un joueur peut préférer jouer court ou long, sur sablette plutôt que sur gravier…
– Il faut regarder l’adversaire jouer, cela donne indication sur ce qu’il faudra faire ou non.
– Avant de pointer, j’observe le terrain, je prévois le trajet de la boule : donnée (endroit où elle va tomber), trajectoire de lancer (roulette, demi-portée, portée), effet à donner à la boule (la retenir, c’est-à-dire la faire tourner en sens contraire du lancer pour freiner son impact au sol ; ou la faire tourner à droite ou à gauche pour qu’elle change de direction à son impact au sol).
– Avant de tirer, j’observe le terrain, je prévois la manière de tirer : rafle ou fer (s’il y a du sable, une boule tirée devant pourra assez facilement rester sur place). J’essaie aussi de prévoir les « contres » (la boule que je tire ou ma boule vont peut-être percuter d’autres boules ou si je rate mon tir, c’est ma boule qui va percuter d‘autres boules).

 

 

 

 

Vérifier quelle boule est la plus proche du but

Je peux le voir à l’œil nu : méthode du milieu (médiatrice, voir en Collège avec le Professeur de Mathématiques …)

 

 

Je mesure avec le mètre : méthode des tangentes (voir en Collège avec le Professeur de Mathématiques …)
Je ne dois faire bouger ni la boule ni le but (sinon le point est perdu), je cale l’extrémité du mètre contre la boule, je tire le mètre vers le but, je mesure en regardant au-dessus du but, au ras du but. Je peux déplacer, après l’avoir marquée, une boule qui me gêne pour mesurer.
La mesure du but incombe au joueur qui a joué en dernier ou à l’un de ses coéquipiers.
Si les deux boules sont à égale distance et qu’il ne reste aucune boule à jouer, la mène est annulée.

 

 

Position et geste pour pointer (exemple en jouant debout)

 

– La boule se lance sous la main.
– Je me tiens bien droit, les pieds au sol alignés, les bras le long du corps.
– Le bras doit rester dans le même plan (de côté).
– Je lance la boule bras tendu ; pour être sûr d’envoyer droit, je peux ouvrir la main ou montrer la direction choisie juste après le jet.

 

La roulette : sur terrain plat, roulant.

La boule tombe à moins de 3 m et roule

 

La demi-portée : la boule tombe plus loin.

 

La portée (plomber) : sur terrain sableux ou difficile (avec effet rétro pour que la boule s’arrête vite), la boule montre très haut pour retomber très près du but.
Le tir : position et geste

 

– Je tire debout.
– Je m’entraîne à tirer d’abord devant la boule : si je cherche à tirer trop fort, je ne serai pas précis.

 

La rafle, raspaille : je tire an faisant rouler ma boule.

 

Le tir devant : la boule touche le sol moins de 50cm devant la cible.

 

Le tir au fer : la boule atterrit directement sur la boule visée.

 

Le tir au carreau : la boule atterrit sur la boule visée et prend sa place.

 

La sautée : la boule lancée passe par-dessus une première boule et touche celle qui est juste après.
Le tir collé : je tape deux boules collées pour faire partir la deuxième. La force du tir sera transmise à la première boule touchée qui va pousser la suivante. Mes deux boules resteront sur place si mon tir a été bien droit.

 

 

Pétanque mémento

Quel type de boules pour quel joueur ?
Le pointeur utilisera plutôt des boules de petit diamètre (71 à 74 mm) pour présenter moins de surface au tireur, assez lourdes (710 g et plus) pour un meilleur contrôle, dures pour une meilleure longévité et striées pour faciliter leur arrêt sur terrain difficile.
Le tireur utilisera plutôt des boules de gros diamètre (74 mm et plus), plus légères afin de limiter la fatigue (700 g ou moins), tendres pour limiter le rebond (recul) et favoriser les carreaux… et lisses pour éviter « d’accrocher la boule » dans la main au moment du tir.
Le milieu utilisera plutôt des boules polyvalentes de diamètre et de poids moyens, mi-tendres et peu striées. C’est le meilleur choix aussi lorsque l’on joue souvent en tête-à-tête.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boules autorisées en concours
La Pétanque se joue avec des boules agréées par la Fédération et répondant aux caractéristiques suivantes: – Être en métal. – Avoir un diamètre compris entre 7,05 cm (minimum) et 8 cm (maximum). – Avoir un poids compris entre 650 grammes (minimum) et 800 grammes (maximum).
– Le Label (marque du fabricant) et les chiffres correspondant au poids doivent être gravés sur les boules et toujours lisibles. – N’être ni plombées ni sablées. De façon générale elles ne doivent ni avoir été truquées ni avoir subi de transformation ou modification après usinage par les fabricants agréés. Il est notamment interdit de les recuire pour modifier la dureté donnée par le fabricant.

 

 

Stratégie : premiers principes
– Il vaut mieux jouer devant que derrière le but : une boule placée devant peut gêner, peut être touchée et donc se rapprocher du but (attention tout de même à ne pas avoir toutes ses boules devant).
– Je ne dois pas hésiter à essayer de tirer de suite (plutôt que faire jouer mon pointeur) une boule à moins de 20 cm du but (à moins qu’elle ne soit derrière).
– Je peux faire deux essais au tir, pas trois.
– Tant qu’il faut pointer, le pointeur joue, on n’échange pas les rôles au cours de la mène.

 

 

 

 

Pétanque en CM1

 

Déplacement du but pendant une mène

 

– Si, au cours d’une mène, le but est déplacé en terrain visible et autorisé à moins de 15 m (pour les cadets et minimes) ou à moins de 20 m (pour les juniors et seniors), la mène se poursuit.
– Si, au cours d’une mène, le but est déplacé en terrain interdit, à plus de 15 m (pour les cadets et minimes), à plus de 20 m (pour les juniors et seniors) ou à moins de 3 m du cercle de lancer, la mène est annulée s’il reste des boules en mains aux deux équipes ou si elles n’en ont plus : sinon la seule équipe ayant encore des boules en main marque autant de points qu’il lui reste de boules.
Ce peut donc être un choix de tirer le but : soit pour annuler une mène mal engagée, soit pour marquer plus de points.
Si une feuille d’arbre, un papier, vient cacher le but, l’objet sera enlevé.
Si le but arrêté est déplacé par le vent, il sera remis à sa place initiale, à condition qu’il ait été marqué.

 

Pétanque mémento

Le lancer du but
– Le cercle de lancer doit mesurer au moins 35 cm et au plus 50 cm de diamètre.
– Le cercle de lancer doit être tracé à plus d’un mètre de tout obstacle ou de la limite de terrain.
– Les pieds doivent être entièrement à l’intérieur du cercle, ne pas mordre.
– La distance de lancer est de 4 à 7 m pour les Minimes (7 à 11 ans), 5 à 9 m pour les Cadets (11 à 14 ans), 6 à 10 m pour les Juniors (14 à 17 ans) et Seniors.
– Le but doit être à un mètre minimum de tout obstacle ou de la limite de terrain et doit être visible du cercle de lancer.
– Nouvelle règle : si l’équipe qui lance le but rate son lancer, l’équipe adverse récupère le but et le place là où elle veut.
– Si, au lancer, le but est arrêté par l’arbitre, un joueur, un spectateur, un animal ou tout objet mobile, il n’est pas valable et doit être relancé sans que cela compte pour les 3 lancers autorisés.
– Après une mène, le but doit être relancé pour la mène suivante de l’endroit où on l’a ramassé.
Dès que le but est lancé, le joueur a une minute pour jouer.

 

 

 

 

 

 

 

Pendant la mène
– Je ne dois pas faire du bruit, marcher ou faire quoi que ce soit qui pourrait gêner l’adversaire.
– Je dois me tenir en arrière du cercle de lancer ou sur le côté si c’est l’adversaire qui joue.
– Je ne dois pas supprimer, déplacer ou écraser un obstacle quelconque se trouvant sur le terrain de jeu.
– Je peux tâter une donnée avec ma boule sans frapper plus de 3 fois le sol.
– Je peux reboucher un trou fait par une boule qui a été jouée (pas forcément la dernière).

 

Les jeux coopératifs

Tout au long de cette période, les CM1 ont travaillé,en sport, l’importance de COOPERER à travers différentes situations.

La coopération  se définit comme l’action de participer à une œuvre commune. En sport, elle est la base du bon fonctionnement d’une équipe .  La réussite du groupe dépend de la réussite de chacun dans  le groupe sans qu’aucun ne soit exclu ou ne s’exclut lui-même .  Chacun est responsable de la réussite de ses partenaires. Différentes situations nous ont permis de voir que la coopération se passait  par la discussion,  la réflexion ( réfléchir avant d’agir) , l’expérimentation  ( chacun propose, on expérimente et on décide ensemble de la meilleure solution) et surtout l’écoute. Nous avons aussi assisté à des disputes  qui ont été générées par l’envie que chacun avait d’imposer son idée sans  vraiment écouter celle des autres.

Cet apprentissage permet aux enfants de mieux appréhender les situations de vie d’équipe au moment des jeux collectifs  (stratégies , poste à occuper,  exclusion, initiative , contact physique possible….) .

« C’est en forgeant  qu’on devient forgeron »

Exemples de situation :

Le monstre : créer un monstre qui répond à des contraintes ( 5 genoux au sol, 6 pieds, 3 bras…)

Les lettres : former des lettres de l’alphabet ( des syllabes ) avec le corps.

Q.i

Li

Le

H

Une petite histoire de la pétanque

Petite histoire des jeux de boules

 

Pratiquement aussi loin que l’autorisent les recherches archéologiques, on trouve trace de jeux de boules dans les sociétés civilisées. Ainsi des boules ont été retrouvées dans un sarcophage d’enfant en Egypte de 5 200 avant JC ce qui, joint à d’autres indices, permet de penser que ce jeu était connu des pharaons. On le retrouve en Grèce, sous Alexandre le Grand où l’on pratiquait le lancement des sphéristiques ; des emplacements furent même réservés à cette activité dans les palestres.
Avec les Romains l’adresse se substitue à la force: le but, d’une sphéricité plus réduite, fait son apparition. Il y a lieu de penser que ce sont eux qui ont introduit ce jeu chez nous lors de la conquête de la Gaule, notamment à Massalia (Marseille) vers 600 avant JC puis, plus tard, après Alésia, à Lugdunum: Lyon.
Le jeu de boules s’est répandu sur tout le territoire et, au Moyen-Age, il devint très populaire avec l’apparition d’une nouvelle terminologie: les bouleurs boulaient dans les bouleries ! L’engouement était tel qu’Edouard III, roi d’Angleterre, comme Charles IV le Sage, reprenant une ordonnance de Charles IV le Bel voulurent interdire la pratique de ce jeu aux hommes d’armes qui délaissaient trop l’entraînement. En France la réaction fut telle que le roi dût se contenter d’une réglementation sévère.
Malgré d’autres interdictions, notamment par le Parlement en 1629 sous la pression des fabricants de paumes gênés par la concurrence des boules, par le synode de Paris de 1697 pour les ecclésiastiques, par le préfet de Marseille en 1870 pour les gardes nationaux, sa progression fut irrésistible et si la diversité des règles locales a donné naissance à plusieurs disciplines: lyonnaise, rafle, boule de Fort…, c’est dans le Midi que le Jeu Provençal a conquis tous les villages pour prendre rang de compétition sportive dès la fin du XIXe siècle, la Pétanque prenant son essor à partir de 1910.
C’est le 16 janvier 1945 que les comités de Basses-Alpes, des Bouches du Rhône, du Gard, du Var et du Vaucluse ont créé la grande Fédération « FFPJP », mais cela est une autre histoire…

Il était une fois La Ciotat !

 

À La Ciotat, sur le terrain Béraud, des joueurs de boules pratiquaient le jeu provençal. Pour faire jouer l’un d’eux qui avait été atteint d’une paralysie des membres inférieurs, surnommé Jules le Noir, ils se mirent d’accord pour qu’il joue assis sur une chaise dans un rond de 50 cm, de l’intérieur duquel les autres devaient jouer pieds joints (pes tanques en provençal = pieds tanqués). La distance de jeu fut fixée de 5 à 9 mètres. Peu à peu ce jeu fut adopté par les ciotadens sous le nom de « jeu de boules pieds tanqués », vite déformé en « pétanque ». Il prit rapidement de l’ampleur et c’est sur le même terrain qu’Ernest Petiot organisa le 1er concours de Pétanque en 1910.

 
Idées reçues

 

Pour beaucoup de gens, la pétanque est pratiquée en vacances, en tongs ou claquettes, prisée par les retraités, et accompagnée d’un verre de pastis.
Mais c’est un vrai sport, qui demande beaucoup d’entraînement pour parvenir au haut niveau. Simplement, c’est un sport populaire, convivial, sans contre-indications pour la santé, pouvant être pratiqué à tous âges et avec un matériel peu onéreux. Petits , grands , costauds, ceux qui portent des lunettes, garçons ou filles, tous ont leurs chances à la pétanque, ce qui n’est pas le cas dans nombreuses autres activités sportives.
La pétanque permet de travailler la concentration, la précision du lancer, la coordination, la stratégie, la camaraderie et la sociabilité.

 

 

VTT vers Vacquiers et le Fontonnais

Encore une belle balade tout-terrain pour tous les CM1 aujourd’hui pour clore notre cycle vélo : 27 kilomètres entre la vallée du Girou, la Forêt royale de Vacquiers et les vignobles du Frontonnais. Des pistes rurales ou agricoles, de jolis sentiers, du gravier, des terrains sablonneux, de l’herbe, de l’ombre, de la lande … Et quelques bons raidillons que tous ont affronté avec enthousiasme …

Nous devions aussi régler un contentieux : le maître est capable de respecter l’horaire qu’il annonce aux parents, nous devions être de retour à 17h, cela a bien été le cas !

Le plaisir de partager une expérience sur la journée, l’éducation à la pratique cycliste tout-terrain, la découverte de notre environnement naturel proche, la sensibilisation au respect de cet environnement, le dépassement de soi, ce genre de projet est très riche …

Bravo aux enfants qui se sont encore bien comportés et bien dépensés …

 

Exceptionnel ! Nous avons pu observer un vol de pipelettes, oiseaux migrateurs assez rares qui peuvent parfois traverser notre ciel …

 

Nous avons aussi croisé un drôle d’animal à deux têtes juché sur un vélo … La mutation s’est effectuée suite à une casse involontaire de dérailleur et d’une transformation en single speed qui a tenu un petit moment …

Un grand merci aux adultes qui nous accompagnent lors de ces sorties, c’est aussi grâce à eux que les sorties sont réussies … Merci Benoît, Carlos, Cédric, Cédric, Emmanuelle, Jean-Pierre, Lionel, Pascal, Sébastien, Sébastien et Tarek qui ont pédalé à nos côtés et à Fabrice et Jojo au volant des voitures relais. Certains sont maintenant des fidèles de nos sorties et accompagnent le maître depuis de nombreuses années.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La trace du circuit : https://www.visugpx.com/yh5Mntg5rm