Projet ULIS – Les objectifs de mise en œuvre

Développer le sentiment d’appartenance

– Nommer les élèves bénéficiant du dispositif comme élèves de la classe de CE1, CE2…

– Éviter de parler de « classe d’inclusion » ou « d’inclusions » : préférer les « apprentissages en classe de CE1, CE2… = classe de référence »

– Prévoir une rentrée dans la classe de référence durant la première semaine, afin de permettre les observations croisées au bénéfice de l’élaboration de l’emploi du temps de chacun des élèves

– Doter les élèves des outils et du matériel de la classe de référence : cahiers, manuels, emploi du temps

– Faire participer aux récréations des élèves de même âge

– Penser les temps de cantine, comme des temps permettant les échanges avec tous les élèves de l’école ; penser alors l’accompagnement des élèves du dispositif par l’AVS collectif, au bénéfice des interactions, de l’autonomie, de l’apaisement

– Faire participer aux projets, aux sorties des classes de référence

– Faire participer les parents aux réunions de rentrée de la classe de référence

– Penser des entretiens avec les parents à deux voix (enseignant de la classe de référence et coordonnateur)

– Proposer des livrets d’évaluation, renseignés par l’enseignant de la classe de référence et le coordonnateur

– Envisager l’Ulis école comme un dispositif : des apprentissages dans les classes de références et des apprentissages, autant que de besoin, en regroupement, dans la salle du coordonnateur.

 

Favoriser la construction d’une culture commune

– Au sein des classes de référence, privilégier des enseignements permettant la construction d’une culture commune et une ouverture sur le monde (histoire, géographie, histoire des arts, sciences, langue vivante étrangère, etc.)

– Dans le cadre du regroupement, préparer ou reprendre les apprentissages effectués dans les classes de références, afin de répondre aux besoins des élèves

– En classe de référence et en regroupement, proposer des supports (textes, ouvrages, images), des activités adaptées et correspondant à la classe d’âge des élèves.

 

Sécuriser

– Veiller à la stabilité des enseignements posés dans les emplois du temps individuels

– En regroupement, préparer, outiller pour les évaluations effectuées dans les classes de référence

– Faire identifier les attendus, au sein des classes de référence, au niveau des élèves, au niveau de l’équipe pédagogique

– Faire identifier les réussites, les évolutions, au niveau des élèves, au niveau de l’équipe pédagogique, au niveau des parents

– Lorsque cela répond à un besoin, prévoir l’accompagnement des élèves du dispositif par l’AVS collectif, au sein de leur classe de référence.

 

Faire apprendre

– Viser les procédures et les compétences mises en œuvre et non la performance : ce n’est pas le résultat qui compte, c’est la procédure exercée

– Envisager l’accompagnement du coordonnateur, une co intervention, au sein des classes de références

– Envisager des modalités de liaison et de régulation : conseils de maîtres, conseils de cycle, rencontres informelles dans la salle du coordonnateur, messagerie internet, fiches de suivi

– Se mettre d’accord sur les objectifs visés et les adaptations à prévoir, pour chacun des élèves, en prenant appui sur les projets personnalisés de scolarisation (PPS), sur les repères de progressivité des programmes, au sein d’un cycle

– Avoir de l’ambition : apprendre, c’est pouvoir lever un obstacle à sa portée, de manière autonome

– Projeter (« Qu’est-ce que tu vas apprendre, à quoi ça sert ? »)

– Étayer (aide humaine, outils) pour accompagner l’exécution de la tâche et le cheminement

– Envisager les modalités de participation des élèves à une partie des réunions d’équipe de suivi de scolarisation (ESS), afin de les rendre acteurs de leur projet

 

Structurer le temps, structurer l’espace

– Élaborer les emplois du temps individuels et individualisés des élèves, à partir des emplois du temps de leur classe de référence, en y faisant figurer les domaines d’enseignement dans les classes et les domaines d’enseignement en regroupement, ainsi que les prises en charge lorsqu’elles ont lieu sur le temps scolaire

– Modifier les emplois du temps, en fonction des constats, des besoins, des prises en charges, des projets, tout en s’efforçant de les stabiliser sur une période donnée

– Dire ce qui se passera après : verbaliser des perspectives

– Lorsque cela est nécessaire, verbaliser et aménager les différents temps périscolaires (temps en commun, temps isolés des grands groupes)

– Stabiliser la place de l’élève, ainsi que son matériel au sein de sa classe de référence

– Envisager l’espace de la salle du coordonnateur comme un lieu favorable aux apprentissages spécifiques et comme un lieu permettant de s’y ressourcer (faire identifier la fonction des différents espaces, à l’aide de repères visuels)