Les Fichiers utilisés en ULIS MIchoun

En regroupement ULIS, nous utilisons des fichiers pour un travail individualisé en maths, en étude de la langue, en lecture et en phonologie. Les fiches sont soit conçues ou réorganisées par l’enseignant, soit ce sont des fichiers PEMF achetés à l’ICEM-Pédagogie Freinet.

 

Chaque élève peut utiliser les fiches de façon autonome dans le cadre du travail individualisé.

C’est soit l’élève qui la choisit soit l’enseignant qui lui propose.

Chaque fiche s’inscrit dans le cadre d’une progression pour atteindre un objectif.

Dans les fichiers d’étude de la langue, quand il a terminé son travail, l’élève a accès à une fiche de correction.

Chaque élève dispose d’un plan de travail qui l’aide à se repérer dans ses apprentissages.

 

 

1 Pour les fichiers de maths et les fichiers d’étude de la langue :

Les fiches sont mises sous pochettes plastique. L’élève écrit sa réponse au feutre effaçable. C’est une phase de recherche. Les erreurs sont alors facilement rectifiables. La présentation de la réponse est secondaire.

La forme adoptée est celle d’une feuille (recto + verso).

Sur le recto l’élève doit regarder et se questionner sur le travail attendu. Mais il n’y a pas de consigne écrite. C’est un exemple du travail attendu, la réponse à une consigne. C’est le premier temps de recherche. L’enseignant aide l’élève à formuler ce qu’il voit et à faire des hypothèses sur la consigne.

Sur le verso, l’élève doit écrire sa réponse après avoir deviné la consigne.

Cette forme permet d’effectuer des allers-retours pour chercher les indices et aider au raisonnement.

Dans un troisième temps, l’élève montrer son travail à l’enseignant qui vérifie sa réponse. L’enseignant peut alors lui demander de recopier cette réponse sur le cahier du jour en s’appliquant à la présentation.

A chaque fois qu’une série est terminée l’enseignant colorie une case du tableau collectif de progression. Ci dessous l’exemple pour les fichiers de maths.

 

2 Pour les fichiers de lecture :

Les fiches sont aussi mises sous pochettes plastique. L’élève utilise son feutre effaçable pour entourer, barrer ou segmenter les mots. Il y a quatre niveaux de fichier avec une progression du niveau de difficulté

Les fichiers permettent d’abord au lecteur débutant :

  • de trouver un sens à ce qui est écrit,
  • de mémoriser des expressions en travaillant sur la mémoire immédiate
  • de développer des stratégies de lecture : hypothèse, vérification, mots de référence, raisonnement par élimination

Le lecteur rencontre :

  • des petits textes,
  • une introduction aux écrits sociaux (lettres, catalogues, recettes…),
  • des fiches de construction de mots,
  • des fiches de jeux sur les mots…

Pour fichiers suivants, on privilégie la production du sens à celle des sons. Des fiches permettent de s’entraîner à plusieurs modes de lectures (lecture par anticipation, lecture sélective, …)

Pour le dernier niveau, un entraînement à la lecture permet à l’enfant de devenir un lecteur capable, en toute circonstance d’adapter ses stratégies de lecture à ce qu’il lit et à ce pourquoi il lit, pour obtenir l’autonomie face à l’écrit.

Des situations mettent en œuvre des compétences de lecture sélective, d’anticipation et de lecture fine. Les supports sont d’un accès plus difficile, le vocabulaire plus varié, les questions plus fines sur les écrits techniques, la quantité de lecture plus importante. Les buts sont : pouvoir, savoir et aimer… lire.

 

3 Pour les fichiers de phonologie :

On retrouve, pour chaque son dont on étudie les écritures, 6 ou 7 fiches de travail qui proposent un travail progressif et complet.

 

Comments are closed.