La prérentrée

La rentrée d’un coordonnateur ULIS se prépare en amont de la prérentrée (cf. ressource Avant la rentrée). Cette journée est essentiellement consacrée à la prise de contact avec les enseignants et les AESH. Elle s’organise généralement organisée en deux temps : la réunion de rentrée et les conseils pédagogiques auxquels le coordonnateur peut prendre part.

La réunion de rentrée

Organisée par le chef d’établissement, elle rassemble l’ensemble du personnel du collège. C’est le moment idéal pour présenter le dispositif, le coordonnateur et l’AESH collectif. Cette intervention se prépare en amont avec le principal. Les modalités et les conditions sont décidées conjointement dans les jours qui précèdent.

Voici quelques incontournables :

Distinguer classe et dispositif

Dans la présentation faite aux enseignants, il convient d’utiliser le terme « dispositif » plutôt que celui de « classe » et d’expliciter les distinctions : insister sur le fait que les élèves accompagnés par le dispositif sont des élèves inscrits dans des classes, que leur identité d’élève se construit au sein de cette classe et non en tant qu’élève en situation de handicap. Le dispositif ULIS apparait comme un appui, non comme un groupe d’appartenance.

Présenter le principe de la scolarisation

Le principe

Les élèves relevant du dispositif sont scolarisés au sein de leur classe de référence. Le dispositif vient en appui à cette scolarisation. Le coordonnateur définit le projet de scolarisation pour chacun des élèves en fonction de ses besoins.
Cf. Ressource Favoriser les temps de scolarisation dans la classe de référence.

Les modalités

L’accompagnement humain : L’AESH collectif du dispositif peut accompagner l’élève dans la classe de référence en fonction des priorités posées par le coordonnateur, au regard des observations des professeurs.  L’AESH peut être mis à contribution pour s’assurer que l’élève dispose de la trace écrite. La priorité de cet accompagnement est l’autonomisation de l’élève. Les méthodes utilisées visent cet objectif : tutorat avec un pair, photocopie de la trace écrite, règle scanner pour numériser le cahier d’un autre élève, trace numérique donné au préalable par l’enseignant…

Remarques :

  • La présence de l’AESH collectif ne conditionne pas la présence de l’élève dans la classe de référence.
  • Pour les élèves bénéficiant d’une notification d’un accompagnement individuel ou mutualisé, c’est l’AESH dédié qui les accompagne prioritairement.
  • Cf. Ressource Collaborer avec les AESH.

Le projet de scolarisation

Il est défini par le coordonnateur à partir des informations dont il dispose (dossiers scolaires, PPS, entretiens avec la famille et l’élève…). Un emploi du temps est construit en début d’année et défini pour une période donnée. Il comprend des temps en classe de référence, sur le dispositif et éventuellement des prises en charge extérieures.

Lors de la première semaine de rentrée, il est important que chacun des élèves de l’ULIS puisse avoir rencontré les élèves et les enseignants de sa classe et avoir eu un temps dans le dispositif. L’organisation de cette semaine est à définir autour de ces deux priorités.

On peut donc envisager :

  • un emploi du temps spécifique pour la semaine de la rentrée ;
  • après ajustements, un emploi du temps pour le premier mois ;
  • une réévaluation des temps de scolarisation dans la classe de référence et des emplois du temps à chaque fin de période.

Les temps de scolarisation en classe de référence sont réajustés en fonction de l’évolution des besoins de l’élève et en concertation avec les professeurs.

Il est pertinent que le coordonnateur soit informé des différents projets menés dans l’établissement afin qu’il puisse :

  • participer avec plusieurs élèves du dispositif (Ex : projet d’affichage ou de film sur le harcèlement) ;
  • inclure certains élèves (Ex : une sortie au théâtre, un projet poésie… ).

Le professeur documentaliste, souvent référent culturel de l’établissement, est donc un interlocuteur incontournable dans la construction du Parcours d’éducation artistique et culturel.

L’évaluation

Une des grandes interrogations des professeurs concerne l’évaluation des élèves accompagnés par le dispositif ULIS. Il est important de les rassurer dès cette réunion. En effet, de nombreuses modalités peuvent être mises en œuvre.

Les évaluations peuvent être transmises au coordonnateur en amont pour que les élèves puissent les préparer, les réaliser au sein du dispositif, s’ils ont besoin de calme, bénéficier d’une évaluation adaptée (Exemple : à l’oral).

En fonction des besoins, il est possible de proposer la même évaluation que les autres dans des conditions similaires, la même évaluation mais avec des modalités de passation différentes ou encore une évaluation avec des contenus adaptés

Le statut d’« auditeur libre », dans les cas où l’évaluation disciplinaire n’est pas pertinente, peut même être envisagé.

Présenter les missions du coordonnateur d’ULIS

Un enseignant spécialisé dans le cadre du dispositif

  • Préparation et reprise des contenus des inclusions: Le travail de préparation en amont est particulièrement efficace (ex : regarder des films sur le volcanisme avant de l’aborder en SVT dans la classe de référence, écouter un livre audio qui sera exploité en cours de français …). Ce travail préparatoire permet de faciliter l’accessibilité des apprentissages. L’envoi des supports en amont du cours par les professeurs au coordonnateur est à privilégier autant que faire se peut. Les élèves peuvent également, avec l’aide ou celle de l’AESH, faire leurs devoirs sur le dispositif. Ceux-ci doivent impérativement être allégés pour ces élèves à besoins éducatifs particuliers.
  • Travail sur les disciplines non suivies en classe (travail sur la technique de lecture pour un enfant non lecteur, sur la numération en mathématiques…).
  • Travail sur l’orientation (cf. Ressource L’orientation – ULIS Collège).

Un coordonnateur dans un établissement

  • Co-intervention avec un ou plusieurs professeurs, dans le cadre d’un projet ponctuel ou l’année (ex : projet théâtre, EPS, musique…).
  • Coordination des activités pédagogiques dans le cadre d’un parcours établi en équipe.
  • Coordination des emplois du temps des élèves ainsi que les interventions de services spécialisés.
  • Coordination les relations entre les différents acteurs et partenaires. Pour les élèves bénéficiant d’un dispositif ULIS, la dimension partenariale revêt une importance particulière. En effet, en fonction de leur profil et de leurs besoins, les élèves peuvent avoir des suivis variés. Afin de coordonner les actions de chacun, des rendez-vous téléphoniques ou en situation sont organisés. Par ailleurs, les partenaires, éducateurs, orthophonistes, ergothérapeutes, psychomotriciens sont susceptibles d’intervenir régulièrement sur l’établissement, dans le cadre d’une convention avec le collège. Enfin, il est possible de solliciter un partenaire sur une problématique ponctuelle. Par exemple, si les pauses méridiennes sont complexes pour un élève, un éducateur peut venir en observation/accompagnement sur ces temps-là et réfléchir avec le coordonnateur à ses aménagements possibles au sein du collège afin d’apaiser l’élève. Ces interventions ponctuelles sont soumises à l’autorisation du chef d’établissement et font l’objet d’une convention.

Une personne ressource

Auprès de la communauté éducative, le coordonnateur a une mission de personne ressource pour l’École Inclusive.

Il peut :

  • informer sur les différents parcours d’élèves, les partenariats possibles, les éléments des cadres législatifs et réglementaires (rédaction d’un GEVA-Sco…) ;
  • répondre dans le contexte d’exercice aux demandes de conseils concernant la mise en place d’adaptations pédagogiques.

Enfin, lors de cette réunion seront présentées les modalités de fonctionnement de l’ENT et de PRONOTE spécifiques aux élèves du dispositif décidées avant la rentrée avec le personnel de direction.

Organiser avec les professeurs principaux une présentation du dispositif par le coordonnateur dans les classes de 6e. Dans ce cadre, le coordonnateur pourra alors présenter, aux nouveaux collégiens, le dispositif et évoquer la situation de handicap, le principe de la compensation, les troubles des fonctions cognitives rendant peu efficientes la mémoire, la lecture, la planification…