Archives mensuelles : novembre 2019

Mission des AESH dans le cadre d’un aménagement d’examen

L’octroi d’une aide humaine doit prendre en compte à la fois le besoin présenté par le candidat et son degré de familiarité avec les aménagements proposés. Afin de ne pas placer le candidat dans une situation inconfortable, il est souhaitable que les aides humaines pour les épreuves d’examen ou de concours soient, dans la mesure du possible, en cohérence avec les aides humaines dont le candidat a bénéficié pendant sa scolarité.

– UN RÔLE DE SECRÉTAIRE

Les candidats qui ne peuvent pas écrire à la main ou utiliser leur propre matériel peuvent être assistés d’un secrétaire qui écrit sous leur dictée, désigné dans les conditions prévues ci-dessous. Cette aide peut également être prévue pour des candidats qui ne peuvent s’exprimer par écrit d’une manière autonome. Le rôle du secrétaire, durant les épreuves écrites, doit se limiter strictement à :

l’énoncé oral du sujet ou de la consigne écrite, dans le respect de sa littéralité, sans commentaire ni explications complémentaires ;

la transcription par écrit, sous la dictée du candidat, du travail produit par le candidat, sans correction de la syntaxe ou de la grammaire, sans modification du choix lexical du candidat.

Il peut être demandé au secrétaire de se placer en face du candidat et de faire un effort particulier d’articulation. Toute autre forme d’intervention relève de l’assistance, dont la nature et l’objet doivent alors être expressément définis et autorisés dans la décision d’aménagement.

Le secrétariat est une mission qui exclut toute initiative ou intervention personnelle : il s’agit d’une mission de pure exécution.

UN RÔLE D’ASSISTANT

L’assistance est une mission plus complexe. Elle comprend une part d’autonomie de la part de l’assistant. Elle peut consister notamment en une reformulation des consignes. Dans tous les cas, la mission de l’assistant doit être précisément bornée et définie dans la décision d’aménagements d’épreuves. Il est donc souhaitable qu’elle soit élaborée en collaboration étroite avec un médecin de l’éducation nationale.

Peuvent constituer notamment des missions de reformulation :

– le séquençage des consignes complexes ;

– l’explicitation des sens seconds ou métaphoriques.

La mission de reformulation ne permet en aucun cas à l’assistant de se substituer au candidat.

En fonction du besoin identifié au regard de(s) (l’)épreuve(s) dans la décision d’aménagement, le recteur ou l’inspecteur d’académie-directeur académique des services de l’éducation nationale désigne comme secrétaire ou comme assistant toute personne paraissant qualifiée pour assumer ces fonctions et dont les liens familiaux ou la position professionnelle par rapport au candidat ne sont pas de nature à compromettre leur neutralité. Il s’assure, en fonction de l’examen ou du concours, que chaque secrétaire possède les connaissances correspondant au champ disciplinaire de l’épreuve et que son niveau est adapté à celui de l’examen ou du concours. Si la technicité de l’épreuve l’exige, le secrétaire peut être un enseignant de la discipline faisant l’objet de l’épreuve. Lorsque l’aide consiste en un accompagnement pour les actes de la vie quotidienne (installation, aide aux gestes d’hygiène…) ou pour certains troubles ayant une incidence sur la communication ou la relation à autrui, l’accompagnement par l’auxiliaire de vie scolaire qui suit habituellement l’élève peut être privilégié.

Textes de référence :

Circulaire n° 2015-127 du 3 août 2015