Archives de catégorie : AESH

Prise en charge de contraintes particulières liées à la fonction d’AESH

Les prestations d’action sociale sont des prestations à caractère facultatif.
Il résulte de ce principe qu’elles ne peuvent être accordées que dans la limite des crédits prévus à cet effet et que leur paiement ne peut donner lieu à rappel.

Elles ont pour objectif de couvrir une partie des frais de repas des AESH.

Date limite de réception des dossiers :
15/01/2021, pour les factures repas de septembre à décembre 2020 (2nd semestre 2020) ;
16/07/2021 pour les factures repas de janvier à juin 2021 (2nd semestre 2021).

Pour télécharger le formulaire : ASIA 2020 2021 – Aide aux frais de repas des AESH.

Pour le remboursement partiel des transports : ici.

Le guide national des accompagnants des élèves en situation de handicap

Le guide national des accompagnants des élèves en situation de handicap précise le cadre et les conditions d’emploi des AESH et notamment :

  • l’environnement de travail ;
  • l’emploi ;
  • la rémunération ;
  • l’évolution professionnelle ;
  • les droits à congés et les absences ;
  • les droits dans le cadre d’une procédure disciplinaire ;
  • les représentants du personnel ;
  • le droit syndical ;
  • la santé et la sécurité ;
  • la protection fonctionnelle ;
  • les droits à l’action sociale ;
  • le cumul d’activités.

Texte de référence :

Les missions des AESH référents

Le cadre

L’AESH référent exerce ses missions sous la responsabilité des pilotes du PIAL. Il travaille en étroite collaboration avec le coordonnateur du PIAL et l’enseignant référent de scolarité. L’AESH référent rassure, conseille et accompagne les AESH, notamment en partageant ses outils et sa pratique professionnels. Il assure une fonction de personne ressource auprès des AESH.

Les missions

  • Apporter un appui méthodologique à tous les AESH du PIAL et un soutien spécifique à ceux nouvellement recrutés.
  • Participer à l’accueil des AESH nouvellement affectés dans le PIAL, et notamment à la transmission des informations relatives au fonctionnement de l‘école ou de l’EPLE.
  • Renseigner et orienter l’AESH dans ses démarches et questionnements administratifs.
  • Contribuer à la compréhension des situations en soutenant les AESH du PIAL dans l’accompagnement des élèves en situation de handicap, hors présence de l’élève ou pendant les temps de classe.
  • Apporter un aide professionnelle et technique pour accompagner la construction des postures et des gestes professionnels. Contribuer à la mutualisation des outils et des pratiques professionnels Dans le strict respect du référentiel de compétences issu de la circulaire ministérielle n°2017-84 du 3 mai 2017 relative aux missions des AESH.
  • Faire connaître les ressources institutionnelles (Cap École Inclusive, Eduscol, site du SDEI 31).
  • Contribuer à l’élaboration, au partage et à la diffusion des bonnes pratiques.
  • Favoriser l’élaboration d’outils communs harmonisés à l’échelle du PIAL.
  • Engager les AESH dans des dynamiques de réflexion collective et de coopération.
  • Soutenir les pilotes et le coordonnateur du PIAL dans leurs actions.
  • Assurer un lien étroit avec le coordonnateur du PIAL et veiller à la transmission de toute information utile au fonctionnement du PIAL.
  • Soutenir la mise en œuvre des actions planifiées par les pilotes ou le coordonnateur PIAL.
  • Élaborer et soumettre des modalités organisationnelles et des outils.
  • Apporter un appui aux pilotes lors de régulations de situations complexes.
  • Participer au repérage des besoins de formation et à l’animation de groupes d’échange de pratiques.

Les connaissances et les compétences

  • Aisance relationnelle, sens de l’écoute, capacités d’expression orale.
  • Capacités organisationnelles et esprit d’initiative.
  • Goût pour le travail en équipe et en partenariat.
  • Prise de distance face aux problématiques de l’accompagnement ; capacités d’analyse et de partage de sa pratique professionnelle.
  • Organisation et animation d’une réunion, d’un groupe de travail.
  • Maîtrise des outils numériques (traitement de texte, tableurs et logiciels adaptés).
  • Connaissance générale des structures d’accueil pour les élèves en situation de handicap, des partenaires et de la MDPH.

Pour candidater à un poste d’AESH référent :

Textes de référence :

  • L’arrêté relatif aux missions et aux conditions de désignation des accompagnants des élèves en situation de handicap référents prévus à l’article L. 917-1 du code de l’éducation a été publié au Journal officiel de la République du 2 août 2020.Dans son alinéa 9, l’article L917-1 du Code de l’éducation dispose que : « Dans chaque département, le directeur académique des services de l’éducation nationale désigne, parmi les accompagnants des élèves en situation de handicap répondant à des critères d’expérience fixés par arrêté, un ou plusieurs référents chargés de fournir à d’autres accompagnants des élèves en situation de handicap un appui dans leurs missions auprès des élèves en situation de handicap. ».
    L’arrêté du 29 juillet 2020 encadre donc réglementairement la mise en application de ces disposition légales.

Mission des AESH dans le cadre d’un aménagement d’examen

L’octroi d’une aide humaine doit prendre en compte à la fois le besoin présenté par le candidat et son degré de familiarité avec les aménagements proposés. Afin de ne pas placer le candidat dans une situation inconfortable, il est souhaitable que les aides humaines pour les épreuves d’examen ou de concours soient, dans la mesure du possible, en cohérence avec les aides humaines dont le candidat a bénéficié pendant sa scolarité.

– UN RÔLE DE SECRÉTAIRE

Les candidats qui ne peuvent pas écrire à la main ou utiliser leur propre matériel peuvent être assistés d’un secrétaire qui écrit sous leur dictée, désigné dans les conditions prévues ci-dessous. Cette aide peut également être prévue pour des candidats qui ne peuvent s’exprimer par écrit d’une manière autonome. Le rôle du secrétaire, durant les épreuves écrites, doit se limiter strictement à :

l’énoncé oral du sujet ou de la consigne écrite, dans le respect de sa littéralité, sans commentaire ni explications complémentaires ;

la transcription par écrit, sous la dictée du candidat, du travail produit par le candidat, sans correction de la syntaxe ou de la grammaire, sans modification du choix lexical du candidat.

Il peut être demandé au secrétaire de se placer en face du candidat et de faire un effort particulier d’articulation. Toute autre forme d’intervention relève de l’assistance, dont la nature et l’objet doivent alors être expressément définis et autorisés dans la décision d’aménagement.

Le secrétariat est une mission qui exclut toute initiative ou intervention personnelle : il s’agit d’une mission de pure exécution.

UN RÔLE D’ASSISTANT

L’assistance est une mission plus complexe. Elle comprend une part d’autonomie de la part de l’assistant. Elle peut consister notamment en une reformulation des consignes. Dans tous les cas, la mission de l’assistant doit être précisément bornée et définie dans la décision d’aménagements d’épreuves. Il est donc souhaitable qu’elle soit élaborée en collaboration étroite avec un médecin de l’éducation nationale.

Peuvent constituer notamment des missions de reformulation :

– le séquençage des consignes complexes ;

– l’explicitation des sens seconds ou métaphoriques.

La mission de reformulation ne permet en aucun cas à l’assistant de se substituer au candidat.

En fonction du besoin identifié au regard de(s) (l’)épreuve(s) dans la décision d’aménagement, le recteur ou l’inspecteur d’académie-directeur académique des services de l’éducation nationale désigne comme secrétaire ou comme assistant toute personne paraissant qualifiée pour assumer ces fonctions et dont les liens familiaux ou la position professionnelle par rapport au candidat ne sont pas de nature à compromettre leur neutralité. Il s’assure, en fonction de l’examen ou du concours, que chaque secrétaire possède les connaissances correspondant au champ disciplinaire de l’épreuve et que son niveau est adapté à celui de l’examen ou du concours. Si la technicité de l’épreuve l’exige, le secrétaire peut être un enseignant de la discipline faisant l’objet de l’épreuve. Lorsque l’aide consiste en un accompagnement pour les actes de la vie quotidienne (installation, aide aux gestes d’hygiène…) ou pour certains troubles ayant une incidence sur la communication ou la relation à autrui, l’accompagnement par l’auxiliaire de vie scolaire qui suit habituellement l’élève peut être privilégié.

Textes de référence :

Circulaire n° 2015-127 du 3 août 2015