Le coronavirus : en parler aux enfants

Le journal Le Monde vient de publier un article le fait d’aborder le coronavirus avec les plus jeunes.

La partie la plus intéressante me semble être la suivante :

« Le plus important, c’est de donner aux plus jeunes un message simple, confirme Hervé Magnin, psychothérapeute comportementaliste en Savoie, auteur de Surmonter ses peurs (Jouvence, 2008). La peur a tendance à engendrer un évitement de l’information. Or, c’est sur la base de l’ignorance que la peur se développe. » « Il s’agit de répondre à toutes leurs questions. Quand ils sont petits, on peut leur demander ce qu’ils en pensent pour ne pas projeter sur eux des idées qu’ils n’ont pas, complète Béatrice Copper-Royer, psychologue clinicienne à Paris. Et il s’agit d’essayer de filtrer ses émotions. »

Dans son cabinet de Nanterre (Hauts-de-Seine), la psychologue clinicienne Aline Nativel Id Hammou voit des enfants et des adolescents surtout inquiets du comportement des adultes. « Ils ne comprennent pas certains effets de panique de leurs parents ou les nouvelles injonctions d’hygiène – “lave-toi les mains”, “ne fais plus de bisous aux copains”, “ne touche pas ton frère”. Et ils s’aperçoivent que les adultes ne savent pas trop, ce qui peut être angoissant. »

Pour parler aux plus jeunes, elle recommande de passer par le dessin, le jeu et les histoires romancées. « On peut raconter l’histoire du roi virus qui veut conquérir le monde et affronte des bataillons de médecins, propose-t-elle. Et rappeler qu’on guérit de la maladie, surtout chez les enfants et les jeunes adultes. » Béatrice Copper-Royer ne les voit « pas affolés » : « Ce n’est pas comme après les attentats, qui avaient eu un impact très fort sur leur imaginaire. »

Vous pouvez trouver l’intégralité du texte ici.

Ce contenu a été publié dans Ecole, Parentalité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.