Handicap ?

Suite à la lecture suivie de Wonder, du  film « de toutes de nos forces » passé en classe, du film « Wonder », nous avons reparlé du handicap ou de la notion de situation de handicap.

Nous avons d’abord cherché la définition donnée par les dictionnaires :
– Désavantage qui met une personne en état d’infériorité (exemple : la timidité) (Larousse junior).
– Déficience physique, sensorielle ou psychologique (exemple : handicap auditif) (Robert junior).
– Déficience physique ou mentale, congénitale ou acquise (Robert collège).

Nous avons ensuite mené une nouvelle discussion dont voici le résumé

Définition de l’O.M.S. (l’Organisation Mondiale de la Santé) : « Les handicaps sont un terme général qui qualifie des incapacités, une limitation des actes de la vie quotidienne et une participation restreinte à la vie sociale ».

Les incapacités peuvent être physiques (on peut avoir été amputé d’un bras), psychologiques (la personne peut avoir des dysfonctionnements au niveau du cerveau) ou sensorielles (la personne peut être sourde).

Différence entre « être handicapé » ou « avoir un handicap » et « être en situation de handicap » : la personne n’est pas tout le temps handicapée, elle peut faire des choses comme les personnes valides.
Avoir un handicap, on peut faire d’autres choses, être handicapé, on n’a que ça, on peut avoir tous les handicaps. Si on dit « être » handicapé, on enferme la personne dans ce handicap, on oublie tout ce qu’elle peut faire à côté.
En France, la loi aujourd’hui dit « en situation de handicap » : la personne est handicapée dans certaines situations mais elle peut aussi réussir comme tout le monde plein d’autres choses et donc être « normale ».
La société doit travailler à s’adapter aux personnes qui la composent, on est d’abord comme les autres, on est en situation de handicap par moments.
Le handicap amène à de nouveaux apprentissages, on va par exemple plus développer un sens. Nous aussi, nous pouvons nous sentir handicapés quand nous perdons nos repères.
Quand on va dans un pays étranger, on peut avoir des difficultés à communiquer, on peut être sujet au vertige en altitude, on peut avoir peur sur les manèges à sensations …
Le mot « handicap » englobe un tas de choses.

Extrait du début de WONDER, dont nous avons lu un extrait du livre et dont nous verrons le film en classe :
« Je ne suis pas un garçon de dix ans ordinaire, c’est certain. Oh, bien sûr, je fais des choses ordinaires. Je mange des glaces. Je fais du vélo. Je joue au ballon. J’ai une Xbox. Tout ça fait de moi un enfant comme les autres. Sans doute. Et puis je me sens normal. Au-dedans. N’empêche, lorsqu’un enfant ordinaire entre dans un square, les autres enfants ordinaires ne s’enfuient pas en hurlant. Quand un enfant est normal, les gens ne le fixent pas partout où il va. Voici mon idée : la seule raison pour laquelle je ne suis pas ordinaire, c’est que les autres me voient comme ça. » August

August nous fait comprendre que c’est d’abord le regard des autres qui crée la différence. Si on le regardait normalement, il ne serait pas en situation de handicap.

Etymologie du mot handicap : « handicap » emprunté en 1827, vient de l’expression anglaise HAND IN CAP signifiant « Main dans le chapeau ». Lors de jeux d’échanges d’objets personnels pratiqués en Grande Bretagne, un arbitre, évaluant le prix des objets, était chargé de surveiller l’équivalence des lots afin d’assurer l’égalité des chances des joueurs. Celui qui recevait un objet de valeur supérieure devait donc mettre une certaine somme d’argent dans un chapeau pour rétablir l’équilibre. Le terme est aussi utilisé en sport, notamment en hippisme où on attribue un handicap au plus fort pour rendre la course plus équitable.

Le maître nous a parlé de Philippe Croizon, nageur de l’extrême qui a traversé la Manche et rallié les cinq continents.
A 26 ans, il a été électrocuté et a perdu les bras et les jambes.

Nous avons visionné visionné 4 petits films dans lesquels Philippe Croizon présente 4 sportifs de haut niveau : Théo Curin, nageur ; Sandrine Martinet, judokate médaillée d’or à Rio; Souad Yamani, joueuse de tennis-fauteuil et Timothée Adolphe, coureur.

http://www.dailymotion.com/video/x2vwgrj_vismonsport-amandine-et-celian-decouvrent-la-natation-avec-theo-curin_lifestyle

http://www.dailymotion.com/video/x2ss041_vismonsport-justine-et-alice-decouvrent-l-athletisme-avec-timothee-adolphe_sport

http://www.dailymotion.com/video/x2o5c07_vismonsport-damien-et-lea-decouvrent-le-tennis-fauteuil-avec-souad-yamani_sport

http://www.dailymotion.com/video/x2m92dn_vismonsport-marie-et-arthur-decouvrent-le-judo-avec-sandrine-aurieres-martinet_lifestyle

On a parlé aussi d’Ibrahim Hamato, pongiste égyptien qui joue en tenant sa raquette dans la bouche et sert en lançant la balle avec son pied, d’Abdellatif Baka, algérien malvoyant médaillé d’or sur 1500 m qui a couru plus vite que les athlètes valides quelques jours plus tôt aux J.O., de Marie-Amélie Le Fur, double médaillée d’or à Rio, de Fabien Lamirault, médaillé d’or en tennis de table, parlé des différentes disciplines, …

« L’aide de l’autre m’est vitale et j’aime à la considérer comme un échange, un moment de partage. Pour les hommes, c‘est peut-être un peu plus compliqué car nous avons un sacré problème : l’orgueil ! » Philippe Croizon
Philippe a besoin d’une aide valide par moments et dans son sport mais les personnes qui l’aident partagent avec lui ses réussites, sa force, ses émotions. Chacun apprend de l’autre.
C’est compliqué : accepter l’aide est compliqué, peut-être aider aussi, car l’être humain est orgueilleux, fier, il n’aime pas montrer qu’il peut être plus faible, il n’aime pas demander de l’aide ou montrer ses sentiments.

« Mon handicap est spectaculaire. Pour qu’il s’estompe, je dois briser la glace. En racontant des blagues, en faisant le bouffon, cela devient possible. Concentrer tous les regards sur mon sourire. Mais l’humour à tout prix n’a pas de sens… Je contrôle sans cesse, dissimule pour leur laisser penser que je suis fort. » Philippe Croizon
Le handicap de Philippe est spectaculaire : il n’a plus de jambes et de bras, ça se voit bien, les autres peuvent montrer de l’étonnement, certains avoir peur.
Grâce à l’humour, Philippe a pu aussi affronter cela. Mais il ne suffit pas toujours d’en rire.

« Les personnes avec un handicap corporel, mental ou psychique sont très souvent confrontées aux inégalités, à la discrimination, parfois même au mépris. » Philippe Croizon
Les inégalités concernent l’accès aux lieux publics (depuis 2005, la loi sur le handicap permet de lutter contre ces inégalités, aux commerces, etc. Il faut aménager des rampes inclinées, installer des portes plus grandes, etc. pour que les personnes en situation de handicap puissent accéder à tout comme les autres.
La discrimination est dans le regard, le comportement des autres.
Les personnes en situation de handicap ont les mêmes droits que les autres.

« En traversant la Manche à la nage, je voulais démontrer que le handicap n’est pas une fatalité. Avec du courage et de la volonté chacun peut, qu’il soit valide ou non, repousser ses limites et accomplir de grandes choses. »Philippe Croizon
Chacun peut réussir ou essayer avec de la volonté.

« Sortir, c’est toujours se confronter au regard de l’autre. »
« L’ennemi absolu, c’est la pitié. » Alexandre Jollien

« Le regard des autres peut nous construire mais il peut nous nuire, condamner, blesser. »  Alexandre Jollien

« Maître, que dois-je faire pour devenir sage ?
– Tu n’as qu’à traîner derrière toi un hareng. » Diogène

Nous avons parlé du philosophe suisse Alexandre Jollien. Quand il est né, il s’est étranglé avec son cordon ombilical et son cerveau n’a pas été oxygéné correctement, il en a des séquelles, il a des difficultés motrices, des difficultés à articuler …
Il raconte l’histoire de Diogène, philosophe grec de l’Antiquité (500 ans avant Jésus-Christ) qui pour répondre à un de ses élèves qui lui demande comment faire pour devenir Sage, lui dit de marcher en traînant derrière lui un hareng …
Alexandre a l’impression de traîner derrière lui un poisson, un poisson imaginaire qui représente son handicap et que tout le monde regarde. Et lui se pose des questions. Il essaie de se détacher de son handicap, de ses souffrances, de dépasser cela pour montrer aux autres qu’il est normal.
Nous avons un effort à faire ou une conduite à tenir : ne pas nous retourner quand on croise une personne en situation de handicap, nous comporter normalement.

On dit souvent « Pauvre garçon ! », « Pauvre petit ! » mais être en situation de handicap n’empêche pas de rire, d’être joyeux. Le handicap, c’est du malheur quand on te regarde mal.
Il ne faut non plus en faire trop, les personnes en situation de handicap peuvent avoir besoin d’aide, elles peuvent avoir besoin d’un certain encadrement, c’est le cas par exemple quand elles sont accueillies en Maison d’Accueil Spécialisée comme à l’Association Marie-Louise ou pour certaines personnes âgées des Serpolets avec qui correspondons.

On ne doit pas forcer l’aide à apporter quand on côtoie une personne en situation de handicap.

Dans Wonder, August dit « Tout le monde mérite une ovation au moins une fois dans sa vie, parce que nous triomphons du monde. »
Nous pouvons tous être heureux ou malheureux, ce n’est pas le handicap qui fait le malheur ou le bonheur. Ça dépend aussi de comment nous sommes les uns avec les autres …
Nous sommes là, nous avons tous les mêmes droits, nous avons tous droit à la reconnaissance … Il n’y ni normal et ni pas normal, nous sommes tous ordinaires …

Ninon vous présente aussi deux documents qu’elle a préparé sur Théo Curin :

Théo Curin Ninon

 

Les CM1

Préceptes

 

 

 

 

L’argent n’est pas tout dans la vie

L’argent peut acheter des tranquillisants, mais pas la paix.
L’argent peut acheter un lit, mais le sommeil.
L’argent peut acheter un livre, mais pas l’intelligence.
L’argent peut acheter des aliments, mais pas l’appétit.
L’argent peut acheter une horloge, mais pas le temps.
L’argent peut acheter un esclave, mais pas un ami.
L’argent peut acheter des gardes du corps mais pas la sécurité.
L’argent peut acheter des diplômes, mais pas la culture.
L’argent peut acheter un spectacle, mais pas la joie.

Tiago M.

 

 

 

« Obtenir la sagesse vaut mieux qu’obtenir de l’argent. »

Une personne sage utilise ses capacités pour faire du bien aux autres et elle est heureuse. Elle cherche à acquérir la sagesse, pour mieux réussir sa vie. Je voudrais être quelqu’un de sage.

Jason

 

 

 

 

« Donne à chaque jour la chance de devenir le plus beau jour de ta vie. »

Pour moi ça veut dire que tu dois profiter de la vie le plus possible chaque jour, que tu dois faire des efforts pour avoir une chance d’être heureux le maximum dans ta journée. Faire des choses qui sont récompensées par une petite surprise à laquelle tu ne t’attendais pas et essayer de te donner la chance de faire d’aujourd’hui le plus beau jour de ta vie.

Évanne

 

« Un morceau de bois à beau séjourner dans l’eau, il ne deviendra jamais un caïman.

Ce n’est pas la peine d’essayer de changer son caractère ou de le changer pour plaire ou pour s’adapter à une situation, son vrai caractère ressortira toujours à un moment donné. Ce que l’on est vraiment, ce n’est pas la peine d’essayer de le cacher.
Imaginons que je ne sois pas du tout sportive et que je n’aime pas le sport, mais que dans ma famille ils font tous du sport et qu’ils aiment beaucoup ça. Si pour leur faire plaisir et ne pas les décevoir je leur dis que moi aussi j’aime le sport et que je souhaite en faire alors je vais faire du sport et prendre des cours pour leur faire plaisir mais en fait ça ne durera pas longtemps car au fond de moi je sais que je déteste le sport et je ne pourrais pas cacher longtemps que je préfèrerais par exemple prendre des cours de dessin.

Évanne

 

 

 

 

 

 

 

« Après la pluie vient le beau temps »

Cela veut dire qu’il n’y aura pas que des malheurs dans la vie mais aussi des moments de bonheur et que tous les malheurs ont une fin. Par exemple, il y a la Covid-19 mais un jour ou l’autre nous l’aurons vaincue et on pourra refaire la fête, aller voir ses proches, vivre des bons moments. Ou encore, moi je n’aime pas les petit-pois, heureusement on n’en mange pas tous les jours et il y a des repas que j’aime donc on peut dire : « Après les petit-pois vient le fromage ».

Éléa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« L’habit ne fait pas le moine. »

Cela signifie que l’apparence d’une personne est souvent trompeuse et qu’il ne faut pas s’en tenir qu’à celle-ci.
En somme, il faut éviter de juger les personnes par rapport à leur apparence.

Sofia

 

 

 

 

 

 

« C’est plus facile de le dire que de le faire. »

Par exemple, je ne veux plus manger mes ongles !
Voilà, c’est plus facile de le dire que de le faire, mais c’est important pour moi. Pour commencer il me faut du courage, de la discipline et du cœur pour ne pas abandonner, ça c’est difficile.
J’aime ce précepte parce qu’il me fait réfléchir avant de faire quelque chose.

Paul

 

 

 

 

« Qui ne tente rien n’a rien. »

Ça veut dire que si on n’essaye pas, on n’y arrivera jamais, mais si on essaye, on pourra tout avoir. Avec de la confiance on peut toujours réussir.

Mathias

 

 

 

 

 

« Pour être heureux, il faut regarder la vie du bon côté. »

Mon précepte personnel appelle à la positivité. Il faut être optimiste, même si tout est noir autour de nous, il y a toujours une lumière au fond du tunnel. Même si on a un grand problème, il faut toujours penser positif, car en étant positif on attire des bonnes choses.

Lana

 

 

 

« Quand on est généreux, on est heureux »

Ça rend heureux d’aider les autres, tu fais des bonnes choses comme ma maman et mon papa, ils donnent de la nourriture aux pauvres, ils aident les autres qui en ont besoin et moi ça me rend heureux, nous sommes utiles en aidant les personnes dans le besoin.

Chahine

 

 

 

 

« Se lever de bonne humeur promet une bonne journée. » 

Quand tu te lèves de bonne humeur, tu as le sentiment de la joie et si tu es joyeuse, tu peux apporter la joie aux autres. Tu as de l’énergie et donc tu peux bien apprendre et tu peux faire plein de choses.  Alors que si tu te lèves de mauvaise humeur, tu gâches ta journée et tu es grognon.

Émilie

 

 

 

 

 

« Aidons, aimons et prenons soin des animaux. »

J’aime beaucoup les animaux et j’aime les rassurer quand ils ont peur.
Ils sont doux, apaisants et puis ils aiment les câlins.
C’est aussi pour ça que cette année, j’ai décidé de faire de l’équitation. Cela me permet de m’occuper de mon poney, je le brosse, je le selle, le rassure quand il a peur et je lui donne des friandises pour le récompenser.
Dans ma famille il y a beaucoup d’animaux : des chats, des chiens et même un poisson rouge. Je fais en sorte que personne ne manque de rien, je leur donne à manger, à boire et je change la litière.
Le matin et le soir, je promène les chiens de ma tata, ils sont contents et courent partout, ce qui me rend heureuse à mon tour.

Rayhana

 

 

 

 

 

 

 

 

« On peut aimer l’argent mais il faut penser à sa famille. »

Ceci veut dire que dans la vie tu peux penser à toi mais pense aussi à tes proches et à ta famille. Sinon tu peux devenir fou (à cause de l’argent) et triste. Même si l’argent n’est pas mal habituellement mais il faut savoir le gérer.

Émilien

 

Préceptes

 

 

« Qui fréquente des sages deviendra sage »

Il ne faut fréquenter que des sages parce que si tu fréquentes les méchants tu seras méchant. Mais si tu fréquentes des sages tu seras sage.
Quand tu fréquentes, que tu es avec tes ami(e)s, avec qui tu joues, fais attention, il ne faut pas être méchant car si tu es méchant tu l’es régulièrement avec les autres, ta famille, avec tout le monde et même avec toi. 

Samuel

 

 

 

 

« Ne te décourage pas, à force d’efforts tu y arriveras ! »

Ce précepte m’apprend à ne pas me décourager après l’échec et à réessayer.
Par exemple lorsque j’ai essayé l’escalade, au début je trouvais ça dur, je n’y arrivais pas. En essayant à plusieurs reprises, j’ai réussi et j’étais fière de moi.
Quand je vois un ami ou un copain de classe se décourager, je lui explique qu’il n’est pas nul et qu’à force d’essayer il y arrivera sûrement.

Mélissa

 

 

 

 

 

« Ne fais pas à un autre ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse »

Cela veut dire par exemple qu’il ne faut ne pas taper quelqu’un si tu ne veux pas qu’on te le fasse.
Ou ne doit pas être méchant avec les autres pour qu’ils le soient pas avec nous.
C’est mieux d’avoir des amis que d’être seul.

Eva

 

 

 

 

 

 

« Il faut respecter la loi plutôt que de se faire arrêter »

Il fait respecter la loi au lieu d’aller en prison.
Il faut respecter la loi parce que sinon le monde ne serait pas correct, ce serait la guerre.
Et si on ne respecte pas la loi, on ne sera pas respecté.

Élise

 

De toutes nos forces

 

Aujourd’hui, nous avons visionné en classe le film « De toutes nos forces », dans le cadre du travail que nous menons  sur le handicap.

Comme tous les adolescents, Julien rêve d’aventures et de sensations fortes. Mais lorsqu’on vit dans un fauteuil roulant, ces rêves-là sont difficilement réalisables. Pour y parvenir, il met au défi son père de concourir avec lui au triathlon « Ironman » de Nice, une des épreuves sportives les plus difficiles qui soit. Autour d’eux, c’est toute une famille qui va se reconstruire pour tenter d’aller au bout de cet incroyable exploit.

 

Extrait de la discussion en classe qui a suivi :

https://ahp.li/66b93ef32ca7936c93fa.wav

(cliquer sur le lien, la « mise en mémoire tampon » peut durer quelques instants)

 

Le groupe CM1

Préceptes …

 

 

« L’union fait la force. »

J’ai choisi ce précepte parce que quand on est plusieurs on est fort et plus de choses sont faciles à réaliser tandis que quand on est tout seul on peut faire moins de choses.
Quand tu es tout seul pour faire des choses ça va moins vite. Quand tu es avec des amis ça va plus vite.
Hier, par exemple, je faisais un exercice de conjugaison et je n’y arrivais pas, mes amis sont venus m’aider du coup j’y suis arrivée.

Swann

 

 

 

 

 

 

« Ne remets pas au lendemain ce que tu peux faire le jour même. »

J’aime et je suis d’accord avec cette phrase parce qu’il faut profiter du jour même pour faire ce qu’on a à faire, car on ne sait pas si on pourra le faire demain. Tout peut changer, il peut pleuvoir ou tu peux être malade … Et puis, ce qui est fait ne sera plus à faire, et le lendemain tu pourras faire autre chose.

Maya

 

 

 

 

 

« L’amitié, c’est comme une plante : il faut bien l’entretenir, la nourrir, la soutenir et surtout ne pas l’oublier. »

Si la plante n’est pas entretenue elle va mourir. Il faut donc faire attention à ses amis. Quand ils sont tristes, il faut aller les voir. Il faut jouer avec eux, partager des bons moments. Il faut aussi être respectueux. Parfois il faut les soutenir car quand on est ami on doit être un guide et surtout ne pas l’oublier. Si notre ami se retrouve seul, il peut être démoralisé. Il ne faut pas créer des malentendus et casser l’amitié.

Nora

 

 

 

 

 

 

 

« Évite les querelles. Préviens les insultes. »
« Obéis Toujours à la raison. »

Il faut réfléchir avant d’agir pour éviter les disputes, les insultes …
Il faut écouter toujours les personnes responsables (les parents, les professeurs). À l’école on respecte les règles parce que sinon on reste en classe pour réfléchir

Tiago D.

 

 

Préceptes …

 

« Une récompense doit être méritée. »

On ne peut pas avoir une récompense sans avoir rien fait, il faut réaliser un travail ou une bonne action pour la mériter, c’est ce qui permet d’être fier de sa récompense. Il ne faut pas attendre ses récompenses si on ne fait rien.
Dans la vie, tout le monde doit avoir une récompense. Il ne faut pas attendre sa première récompense. Il faut aider les gens, il faut faire des actes, etc… Il ne faut pas dire que parfois les récompenses sont nulles, car parfois, il y a des gens qui n’ont pas beaucoup d’argent. Cela peut être des gens qui n’ont pas vraiment de maison, ils n’ont pratiquement pas assez d’argent pour leur vie, pas à manger, et du coup, si on les aide, ils veulent parfois nous récompenser. Il ne faut pas dire non car ça les rend content de notre aide et ils veulent nous donner cette récompense, ils sont contents et du coup il faut l’accepter.
Cela peut être des petits actes comme garder les enfants du voisin.
Une récompense doit être méritée.

Camille

 

 

 

 

 

« Dans la vie on n’a pas besoin d’être riche mais on a besoin d’avoir beaucoup d’amour. »

Pour être heureux dans la vie il ne faut pas être riche mais il faut être aimé par ses amis et sa famille. Quand on est riche on peut s’acheter plein de choses et faire plein de voyages mais si on n’a personne pour profiter on n’est pas heureux. Si on est riche et heureux c’est bien, si on doit choisir entre les deux il vaut mieux choisir d’être heureux. Donc c’est pour ça qu’il faut plutôt avoir des amis et être aimé par sa famille plutôt que d’avoir beaucoup d’argent mais être seul. 

Mélyne 

 

 

 

 

 

 

 

 

« La couleur de la peau ne doit pas faire la différence, nous sommes tous égaux. »

Il faut arrêter de se moquer de la couleur de peau des autres. Ils souffrent de la moquerie et ce n’est pas gentil.
On est tous humain, peu importe la couleur de la peau des personnes. On est tous différent et c’est ça qui est bien.
Tout le monde est joli. Tout le monde peut donner et recevoir de l’amour.

Carlène

 

 

 

 

 

 

 

Il vaut mieux vaut être gentil pour avoir le bonheur, l’amitié, l’amour, la joie, l’harmonie et la paix. Qu’être méchant et être rejeté, triste, malheureux et que les autres t’ignorent.
Ils ne jouent pas avec toi si tu es méchant, tu seras tout le temps seul.

Adam

 

 

 

 

« Il vaut mieux être riche d’amis que riche d’argent pour être heureux. »

C’est mieux d’avoir beaucoup d’amis que d’avoir beaucoup d’argent.
Quand on est triste, nos amis nous réconfortent. On peut jouer, on peut parler, on ne s’ennuie jamais. On peut s’inviter à des fêtes, on peut se déguiser, danser, courir, chanter. On peut faire des gâteaux, du bricolage …
Tout cela est possible sans beaucoup d’argent !

Élora

 

 

 

 

 

 

 

 

« Ne sois pas injuste envers toi-même. »

Aie confiance en toi, ne sois pas dur envers toi-même.
N’abandonne jamais, ne baisse pas les bras parce ce que si tu abandonnes, tu n’arriveras jamais dans la vie.

Liam

 

 

 

 

 

 

 

« Nous sommes tous égaux. »

Tout le monde peut vivre, même ceux qui ont des traditions différentes, des religions différentes, des cultures différentes. Ceux qui sont d’une couleur différente ont autant de droits que les autres. Ce qui est important pour moi c’est que nous sommes tous des humains.

Alice L.

 

 

 

 

 

 

 

 

« Faites l’amour et pas la guerre. »

Il vaut mieux être gentil que méchant, il vaut mieux avoir des amis que tuer, il vaut mieux être content qu’être malheureux, il vaut mieux aimer que détester.
On peut résoudre les problèmes plus facilement plutôt que de se bagarrer, il faut toujours s’aimer plutôt que se disputer. L’amitié fait du bien mais la haine fait du mal et ne résout rien.

Alice J.

 

Préceptes

« La joie et le bonheur véritable sont choses précieuses »

La joie et le bonheur qu’on a en soi sont des choses qu’on gardera toujours dans notre cœur. Par exemple, un meilleur ami pour la vie c’est un ami que l’on n’oubliera jamais puisque c’est quelqu’un en qui on a confiance, il est inoubliable.
On est heureux parce qu’on fête notre anniversaire parce qu’on invite des copines, des grands-parents …
On est aussi heureux quand c’est Noël. On passe du temps ensemble et on déballe des cadeaux On est aussi heureux parce que des fois c’est nous qui fabriquons les cadeaux.

Ninon

 

 

 

 

« Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin. »

On prend plus rapidement une décision en étant seul plutôt qu’en groupe, car plus on est nombreux, plus on met de temps à se mettre d’accord.
En revanche, seul on se décourage plus facilement et on finit par abandonner.
En groupe, nous nous motivons mutuellement, nous franchisons les obstacles ensemble, nous nous entraidons face à la difficulté pour atteindre notre but.

Manon

 

 

 

 

Minute de silence

Un hommage a été rendu ce matin à l’école par les classes élémentaires à Samuel Paty, notre collègue victime du terrorisme.
Un travail a été mené en classe sur les notions de « minute de silence », de « laïcité », fondement de notre République et notre Institution et sur ces évènements horribles qui frappent notre pays.
Les mots ont été bien choisis en fonction des âges, tous les élèves ont compris l’importance et la gravité d’un tel moment …

Merci à Madame le Maire, aux membres du Conseil municipal, aux partenaires de l’école et aux parents qui ont tenu à être présents à proximité des élèves dans le respect des gestes barrières.

 

Nous empruntons ce dessin à Plantu, dessinateur de presse et caricaturiste français reconnu mondialement pour son engagement à défendre la liberté d’expression et la paix dans le monde à travers son association « Cartooning for Peace ».

 

(Livre « J’atteste contre la barbarie » d’Abdellatif Laâbi et illustré par Zaü, aux Éditions Rue du Monde)

Sur le chemin de l’école

 

Nous avons vu ce matin en classe ce film documentaire.

Tous les enfants ne vont pas à l’école dans le monde : leurs familles n’ont pas les moyens, l’école est trop loin, ils travaillent pour aider leur famille ou ils travaillent comme des adultes (en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud), le pays est en guerre (Moyen-Orient, Syrie).

Jackson et sa sœur Salomé vivent au Kenya, dans la savane. Ils vont tous les jours à l’école, ils doivent parcourir 15 kilomètres à pied pendant 2 heures.
Leur journée commence à 5h30.
D’abord, ils aident aux tâches ménagères quotidiennes : ils vont chercher l’eau en creusant le sol, ils aident les parents à faire du charbon, ils n’ont pas l’électricité, etc.
Ensuite ils partent pour l’école. Le chemin est dangereux, ils doivent éviter les éléphants et les autres animaux …
Ils portent un uniforme.
Dès l’arrivée à l’école, il y a la cérémonie du drapeau et ils chantent l’hymne national. Ensuite, ils font une prière. Ils sont très croyants.
Les classes sont mixtes mais garçons et filles sont séparés dans la classe.
Ils ont peu de matériel.
Pour les enfants qui vont à l’école, c’est très important car ils veulent apprendre pour réussir plus tard, ils vont devenir plus intelligents, plus vaillants, plus forts, plus instruits.
Jackson rêve de devenir pilote d’avion. Il a obtenu une bourse.

 

Zahira a 12 ans, elle vit au M aroc, dans le Haut-Atlas, au-dessus de la vallée d’Asni.
Elle va à l’école avec Noura et Zina, elles doivent parcourir 22 km à pied puis en stop, cela dure 4 heures.
Elles sont pensionnaires.
Elle prend une poule pour l’échanger contre de la nourriture pour la semaine.
L’école ne semble pas mixte. Elles portent une blouse.
Sa grand-mère n’est pas allée à l’école, elle a appris le coran à la mosquée.
L’école est importante pour réussir, avoir un meilleur métier, avoir de l’instruction.
Zahira voudrait devenir docteur.

 

Carlos a 11 ans, il vit en Argentine, en Patagonie, avec ses parents et sa sœur Micaela.
Ils vont à l’école tous les jours, à cheval, doivent parcourir 18 km en 1h30.
Leurs parents sont éleveurs de chèvres.
Eux aussi sont très croyants, son père lui donne un ruban porte-bonheur pour le trajet.
A l’école, il y a d’abord la cérémonie du drapeau.
Ils portent une blouse.
Carlos voudrait devenir vétérinaire, il va partir en internat. Micaela voudrait enseigner.

 

Samuel a 13 ans, il vit en Inde, dans le Golfe du Bengale, avec ses parents et ses deux frères plus jeunes, Gabriel et Emmanuel. Samuel est en sixième.
Samuel est en situation de handicap, il est paraplégique.
Il va à l’école, ses deux frères poussent son fauteuil « bricolé » (ils sont pauvres) sur 4 km, cela dure 1h15.
Au collège, il est très bien accueilli par ses camarades, c’est un excellent élève.
L’école est mixte, garçons et filles sont séparés dans la classe.
Ils portent un uniforme.
Samuel voudrait devenir médecin pour soigner les gens en situation de handicap.

 

L’école est très importante dans ces pays et partout dans le monde car elle permet d’acquérir de l’instruction pour pouvoir avoir un métier et une meilleure situation, une meilleure vie.
C’est une chance qu’il faut saisir et apprécier.

 

Extrait de la discussion qui a suivi le film en CM1 :

https://ahp.li/666f3b67615ab7a670e0.wav

(cliquez sur le lien, la mise en mémoire tampon peut durer quelques instants)

 

 

 

De toutes nos forces …

Dans le cadre de notre travail sur le handicap, nous avons visionné en classe le film « De toutes nos forces ».

Nous avons discuté ensemble de ce que nous avons vu, voici quelques extraits de notre discussion :

 

https://ahp.li/5802b0be53a48b4fc129.wav

(cliquer sur le lien, la mise en mémoire tampon peut prendre un peu de temps)

Les CM1