Devinettes numériques

 

 

Je suis compris entre 800 et 900.

La somme de mes chiffres des centaines et des dizaines est égale à 9.

La somme de mes deux derniers chiffres est le double de 5.

Qui suis-je ?

Naomi

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis un nombre entre 2 000 et 3 000.

Mon chiffre des centaines est le double de celui des unités.

Mon chiffre des dizaines est égal à 5 – 2.

Si tu enlèves 1 à ce chiffre, tu obtiens mon chiffre des unités.

Qui suis-je ?        

Gabrielle

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 5 000 et 6 000.

Mon chiffre des centaines est la moitié de 12.

Mon chiffre des dizaines est 7.

Mon chiffre unités est multiple de 0.

Qui suis-je ?

Lily

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 4 000 et 5 000.

Mon chiffre des centaines est le double de 3.

Mon chiffre des dizaines est le double de 4.

Mon chiffre des unités est égal au chiffre des dizaines.

Qui suis-je ?

Mahana

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 4 000 et 5 000.

Quand je multiplie mes chiffres des milliers et des centaines j’obtiens 28.

Pour trouver mon chiffre des unités, on rajoute 1 ou chiffre des centaines.

La somme de mes chiffres des milliers et des centaines est plus grande de 1 que la somme de mes chiffres des dizaines et des unités.

Qui suis-je ?

Néa

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 4 000 et 5 000.

Quand je divise par 4 mon chiffre des milliers, j’obtiens le chiffre des centaines.

Mon chiffre des dizaines, c’est le double du chiffre des centaines.

Si j’ajoute un au chiffre des dizaines, j’obtiens le chiffre des unités.

Qui suis-je ?

Léane

 

 

 

 

Devinettes numériques

 

 

 

Je suis un nombre compris entre 1 000 et 2 000.

Mon chiffre des unités est le même que celui des centaines, c’est la moitié de 10.

La somme de mes chiffres est égale à 13.

Qui suis-je ?

Inès

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis un nombre entre 1 000 et 2 000.

Mon chiffre des centaines est le double de celui des unités.

Mon chiffre des unités est 2.

Mon chiffre des dizaines est le même que celui des centaines.

Qui suis-je ?

Max

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 2 000 et 3 000.

Mon chiffre des centaines est le double de celui des milliers.

Mon chiffre des dizaines est égal à celui des milliers.

La somme de mes chiffres est égale à 11.

Qui suis-je ? 

Quentin B

 

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 6 000 et 7 000.

Mon chiffre des dizaines est la moitié de celui des mille.

Mon chiffre des unités est le triple de celui des dizaines.

La somme de mes chiffres est égale à 18.

Qui suis-je ?

Gabin

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 2 010 et 2 050.

Mon chiffre des dizaines est le chiffre qui est avant 2.

Mon chiffre des unités est 7.

Qui suis-je ?

Chloé

 

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 6000 et 7000.

Si tu enlèves 1 à mon chiffre des milliers tu obtiens mon chiffre des unités.

Mon chiffre des centaines est 3.

Mon chiffre des dizaines est la moitié de 8.

Qui suis-je ?

Maël

 

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 3 000 et 4 000.      

Mon chiffre des centaines est la moitié de 10.

Mon chiffre des dizaines est le double de 4.

Mon chiffre des unités est la moitié de 4.

Qui suis-je ?

Mahana

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon nombre est entre 1 000 et 2 000.

Mon chiffre des centaines est 3.

Mon chiffre des dizaines est le triple de celui des centaines.

Mon chiffre des unités est égal à 2 x 2.

Qui suis-je ?     

Gabrielle

 

 

Pétanque mémento

Le lancer du but
– Le cercle de lancer doit mesurer au moins 35 cm et au plus 50 cm de diamètre.
– Le cercle de lancer doit être tracé à plus d’un mètre de tout obstacle ou de la limite de terrain.
– Les pieds doivent être entièrement à l’intérieur du cercle, ne pas mordre.
– La distance de lancer est de 4 à 7 m pour les Minimes (7 à 11 ans), 5 à 9 m pour les Cadets (11 à 14 ans), 6 à 10 m pour les Juniors (14 à 17 ans) et Seniors.
– Le but doit être à un mètre minimum de tout obstacle ou de la limite de terrain et doit être visible du cercle de lancer.
– Nouvelle règle : si l’équipe qui lance le but rate son lancer, l’équipe adverse récupère le but et le place là où elle veut.
– Si, au lancer, le but est arrêté par l’arbitre, un joueur, un spectateur, un animal ou tout objet mobile, il n’est pas valable et doit être relancé sans que cela compte pour les 3 lancers autorisés.
– Après une mène, le but doit être relancé pour la mène suivante de l’endroit où on l’a ramassé.
Dès que le but est lancé, le joueur a une minute pour jouer.

 

 

 

 

 

 

 

Pendant la mène
– Je ne dois pas faire du bruit, marcher ou faire quoi que ce soit qui pourrait gêner l’adversaire.
– Je dois me tenir en arrière du cercle de lancer ou sur le côté si c’est l’adversaire qui joue.
– Je ne dois pas supprimer, déplacer ou écraser un obstacle quelconque se trouvant sur le terrain de jeu.
– Je peux tâter une donnée avec ma boule sans frapper plus de 3 fois le sol.
– Je peux reboucher un trou fait par une boule qui a été jouée (pas forcément la dernière).

 

Handicap ?

Dans le cadre du travail que nous allons mener en classe sur le handicap, nous avons reçu en classe ce matin Madame DURAUD, Éducatrice, et Madame PEZZALI, Psychologue, qui travaillent toutes les deux à la Maison d’Accueil Spécialisée Les Marronniers de notre commune.

Toutes les deux nous ont parlé de ce foyer de vie qui accueille des adultes en situation de handicap.
Nous avons déjà rencontré, lorsque nous nous rendons au boulodrome municipal, des résidents de la M.A.S. et nous aurons d’autres échanges.

La discussion a été très riche, nous reprendrons très bientôt notre travail sur ce sujet.

Roy, notre mascotte anglaise, a pu visiter le foyer et nous ramener quelques photos des lieux ou de matériels adaptés.

 

 

 

 

Devinettes numériques

 

 

Je suis un nombre entre 5 000 et 6 000.

Mes chiffres des centaines et des dizaines sont égaux.

La somme de mes chiffres est égale à 13.

Si on ajoute 3 à mon chiffre des milliers on trouve mon chiffre des unités.

Qui suis-je ?

Hugo

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 1 000 et 2 000.

Mon chiffre des centaines est le double de mon chiffre des milliers.

Mon chiffre des dizaines est la somme de mes chiffres des milliers et des centaines.

Mon chiffre des unités correspond à la suite numérique des 3 autres chiffres.

Qui suis-je ?

Lily

 

 

 

 

 

 

 

Je suis un nombre compris entre 6 000 et 7 000.

Mon chiffre des centaines est le double de 1.

Mon chiffre des unités est le résultat de 2 x 2.

La somme de mes chiffres est égale à 12.

Qui suis-je ?

Inès

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 2 000 et 3 000.

Mon chiffre des centaines est 3 fois plus grand que mon chiffre des milliers.

Mon chiffre des dizaines est la moitié de mon chiffre des centaines.

La somme de mes chiffres est égale à 19.

Qui suis-je ?

Néa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 2 000 et 3 000.

Mon chiffre des centaines est 0.

Mon chiffre des dizaines est compris entre 0 et 2.

Mon chiffre des unités a sa moitié qui correspond à 2,5.

Qui suis-je ? 

Chloé

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 3000 et 4000.

Mon chiffre des unités est le double de 1.

Mon chiffre des milliers plus celui des unités est égal au chiffre des centaines.

Mon chiffre des unités est la moitié de celui des dizaines.

Qui suis-je ? 

Quentin B 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 4 000 et 5 000.

Mon chiffre des centaines est le double de 3.

Mon chiffre des dizaines est le double de 4

La somme de mes chiffres est égale à 20.

Qui suis-je?   

Lia

 

 

Je voudrais vous voir à ma place …

Extraits de livre : Mes parents sont dans ma classe

 

Auteur(s) : Luc Blanvillain

 

Les personnages : Fanny, ses parents, …

 

En résumé : Hier soir encore, je disposais de parents normaux, tous deux âgés de trente-six ans. Ce matin, à mon réveil, ils en avaient onze. Bien sûr, quand j’ai vu ces deux enfants à mon chevet, en pyjamas trop grands, je n’ai pas tout de suite compris. D’ailleurs, c’était l’heure de se préparer pour le collège… Le collège ! J’ai deviné que tout partait de là. Depuis le début de l’année scolaire, je détestais la sixième. Et mes parents, au lieu de me comprendre et de trouver une solution simple – m’offrir un tour du monde, par exemple – répétaient à l’envi qu’ils adoreraient avoir mon âge. Moi je répondais invariablement : « J’aimerais vous voir à ma place ». Apparemment, mon voeu vient d’être exaucé…

 

 

 

Devinettes numériques

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 8 000 et 9 000.

Mon chiffre des centaines est la moitié de celui des mille.

Mes chiffres des dizaines et des unités sont égaux et leur somme est égale à 12.

Qui suis-je ?

Gabin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 1 000 et 2 000

Mon chiffre des centaines et un chiffre qui commence par « T » est se termine par « S ».

Mon chiffre des dizaines est mon chiffre des unités divisé par 2.

Mon chiffre des unités est entre 5 et 3.

Qui suis-je ?

Sam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis un nombre entre 2 400 et 2 999.

Mon chiffre des centaines est pair.

Mon chiffre des unités est égal à celui des dizaines et ils sont impairs. 

La somme de mes chiffres est égale à 18.

Qui suis-je ?

Max

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 8000 et 9000.

La somme de mes chiffres des milliers et des dizaines est égale à 16.

Mon chiffre des centaines est la moitié de mon chiffre des milliers.

Mon chiffre des unités est la moitié de mon chiffre des centaines.

Qui suis-je ?

Maël

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis compris entre 6 000 et 7 000.

Mon chiffre des unités est le double de 4.

Si j’ajoute 1 à ce chiffre, je trouve mon chiffre des dizaines.

La somme de mes chiffres est égale à 30.

Qui suis-je ?

Gabrielle

 

 

 

 

 

 

 

Je suis un nombre entre 3 000 et 4 000.

Mon chiffre des dizaines est le même que celui des milliers.

Si j’ajoute 1 à mon chiffre des unités, je trouve mon chiffre des milliers.

Si j’ajoute mon chiffre des unités à mon chiffre des dizaines je trouve mon chiffre des centaines.

Qui suis-je ?

Hugo

 

 

 

 

 

Tag …

Extraits de livre :  On a tagué le mur de l’école

Auteur(s) :  Elisabeth Doumenc

Les personnages :  Sliman, Hugo, Monsieur Brun, …

En résumé : Que de bouleversements dans la vie de Sliman ! Il vient de s’installer dans une petite ville de montagne avec sa famille. Il voudrait se faire de nouveaux copains parmi la bande de skaters qui s’entraîne tous les soirs au jardin de ville. Mais son chef, Hugo, n’est pas facile à apprivoiser ! Pas plus que son nouveau maître, monsieur Brun qui est très exigeant. Sliman n’aime pas trop l’école et ne fait pas beaucoup d’effort pour se mettre en valeur. Il aimerait pourtant gagner l’amitié de Claire, une bonne élève de la classe…L’accident de monsieur Brun va tout précipiter…

11 …

 

Extraits de livre : Enzo, 11 ans, sixième 11

 

Auteur(s) : Joëlle Écormier

 

Les personnages : Enzo, ses parents, Timotéo, Éva …

 

En résumé : Enzo entre en sixième 11. Pour lui qui fêtera ses 11 ans le 11/11 et dont le prénom comporte les lettres du chiffre onze, ce n’est pas forcément un bon présage ! Il en fait des cauchemars jusqu’au jour de la rentrée. Mais le premier jour de classe, sa journée s’illumine quand il repère la jeune Éva. Et miracle, elle est à côté de lui en cours de SVT ! Alors il oublie ses problèmes de « petit » du collège : l’emploi du temps compliqué, le bazar à la cantine, et ses parents qui se disputent à la maison. Mais bientôt arrive un nouvel élève dans sa classe. C’est Owen, l’air cool et la parfaite tête de futur petit copain d’Éva. Enzo le déteste au premier regard… « On peut bien nous faire visiter le collège en fin de CM2, tant qu’on n’y est pas vraiment, la sixième c’est quand même mystère et Kinder Surprise ! »

Une petite histoire de la pétanque

Petite histoire des jeux de boules

 

Pratiquement aussi loin que l’autorisent les recherches archéologiques, on trouve trace de jeux de boules dans les sociétés civilisées. Ainsi des boules ont été retrouvées dans un sarcophage d’enfant en Egypte de 5 200 avant JC ce qui, joint à d’autres indices, permet de penser que ce jeu était connu des pharaons. On le retrouve en Grèce, sous Alexandre le Grand où l’on pratiquait le lancement des sphéristiques ; des emplacements furent même réservés à cette activité dans les palestres.
Avec les Romains l’adresse se substitue à la force: le but, d’une sphéricité plus réduite, fait son apparition. Il y a lieu de penser que ce sont eux qui ont introduit ce jeu chez nous lors de la conquête de la Gaule, notamment à Massalia (Marseille) vers 600 avant JC puis, plus tard, après Alésia, à Lugdunum: Lyon.
Le jeu de boules s’est répandu sur tout le territoire et, au Moyen-Age, il devint très populaire avec l’apparition d’une nouvelle terminologie: les bouleurs boulaient dans les bouleries ! L’engouement était tel qu’Edouard III, roi d’Angleterre, comme Charles IV le Sage, reprenant une ordonnance de Charles IV le Bel voulurent interdire la pratique de ce jeu aux hommes d’armes qui délaissaient trop l’entraînement. En France la réaction fut telle que le roi dût se contenter d’une réglementation sévère.
Malgré d’autres interdictions, notamment par le Parlement en 1629 sous la pression des fabricants de paumes gênés par la concurrence des boules, par le synode de Paris de 1697 pour les ecclésiastiques, par le préfet de Marseille en 1870 pour les gardes nationaux, sa progression fut irrésistible et si la diversité des règles locales a donné naissance à plusieurs disciplines: lyonnaise, rafle, boule de Fort…, c’est dans le Midi que le Jeu Provençal a conquis tous les villages pour prendre rang de compétition sportive dès la fin du XIXe siècle, la Pétanque prenant son essor à partir de 1910.
C’est le 16 janvier 1945 que les comités de Basses-Alpes, des Bouches du Rhône, du Gard, du Var et du Vaucluse ont créé la grande Fédération « FFPJP », mais cela est une autre histoire…

Il était une fois La Ciotat !

 

À La Ciotat, sur le terrain Béraud, des joueurs de boules pratiquaient le jeu provençal. Pour faire jouer l’un d’eux qui avait été atteint d’une paralysie des membres inférieurs, surnommé Jules le Noir, ils se mirent d’accord pour qu’il joue assis sur une chaise dans un rond de 50 cm, de l’intérieur duquel les autres devaient jouer pieds joints (pes tanques en provençal = pieds tanqués). La distance de jeu fut fixée de 5 à 9 mètres. Peu à peu ce jeu fut adopté par les ciotadens sous le nom de « jeu de boules pieds tanqués », vite déformé en « pétanque ». Il prit rapidement de l’ampleur et c’est sur le même terrain qu’Ernest Petiot organisa le 1er concours de Pétanque en 1910.

 
Idées reçues

 

Pour beaucoup de gens, la pétanque est pratiquée en vacances, en tongs ou claquettes, prisée par les retraités, et accompagnée d’un verre de pastis.
Mais c’est un vrai sport, qui demande beaucoup d’entraînement pour parvenir au haut niveau. Simplement, c’est un sport populaire, convivial, sans contre-indications pour la santé, pouvant être pratiqué à tous âges et avec un matériel peu onéreux. Petits , grands , costauds, ceux qui portent des lunettes, garçons ou filles, tous ont leurs chances à la pétanque, ce qui n’est pas le cas dans nombreuses autres activités sportives.
La pétanque permet de travailler la concentration, la précision du lancer, la coordination, la stratégie, la camaraderie et la sociabilité.